Sommaire

Parties fines et libertinage : les problèmes de la proximité

"Beaucoup viennent ici obnubilés par leurs aventures sexuelles", rapporte une autre habitante du Cap-d'Agde, interrogée elle aussi par Le Parisien. "Dès qu'ils arrivent dans le natu, ils ont l'impression de passer sur une autre planète, où tout serait permis. Ils sont dans le déni total par rapport à l'épidémie. Ils se disent : 'après moi le déluge'", souligne-t-elle encore.

"Les gens ne viennent pas ici pour jouer aux cartes. Ca fait la fête la journée, la nuit sur la plage. Rien n'a changé. Plein de personnes doivent encore venir. Des annonces pour des soirées privées, il y en a tout le temps sur Facebook", commente encore le cuisinier précédemment cité.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.