Sanofi mis en examen pour « homicides involontaires » dans l’affaire de la Dépakine

« C’est une très grande victoire pour les familles de victimes de la Dépakine », a réagi l’ Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anti-convulsivant (Apesac). Quatre ans après l’ouverture d’une enquête auprès du tribunal judiciaire de Paris, le laboratoire pharmaceutique Sanofi a été mis en examen pour « homicides involontaires » dans le scandale de la Dépakine.  

Une commercialisation jugée dangereuse 

L’enquête avait été ouverte en 2016, à la suite d’une procédure à l’initiative de l’Apesac. Plusieurs familles accusaient le laboratoire de les avoir insuffisamment informées sur les risques liés à la consommation du médicament pendant la grossesse. Lorsqu’elle est administrée à une femme enceinte, la Dépakine peut engendrer de graves malformations congénitales sur le fœtus (autisme, atteinte du QI…). Selon les différentes études, le nombre d’enfants handicapés à cause du médicament varie entre 15 000 et 30 000. Plusieurs...Lire la suite sur ELLE.fr

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !