Si les pensions ont été protégées durant la crise sanitaire, les défis du vieillissement démographique persistent, selon l'OCDE. Des décisions difficiles pourraient être prises.
Âge de départ, pensions… À quoi doivent s’attendre les retraités après le Covid ?

Quel sera le sort des retraités, une fois la crise sanitaire passée ? Le périlleux chantier de la réforme des retraites, écarté en raison du Covid-19, ne pourra être évité éternellement. Selon le dernier "Panorama des pensions" publié ce mercredi par l'OCDE, il sera difficile d’en faire l’économie.Les auteurs du rapport révèlent toutefois qu’avec un "taux de pauvreté parmi les plus bas" des pays riches, "le système de retraite français offre une bonne protection" pour les plus de 65 ans. Ils estiment que la performance française est d'autant plus remarquable que "l'âge de sortie du marché du travail" (60,6 ans) y "reste parmi les plus faibles". Il est en effet inférieur de deux ans et demi à la moyenne des membres de l'organisation économique. Problème, le modèle français coûte plus cher qu'ailleurs (près de 14% du PIB). Cela ne devrait d’ailleurs pas s’arranger : "La pression du vieillissement sur les dépenses va rester aigüe", prévient l’OCDE. L’espérance de vie à 65 ans devrait augmenter de 2,5 à 3 ans d'ici à 2050.

Selon le rapport "Panorama des pensions 2021", le plus grand défi à long terme pour les pensions reste d'assurer des pensions financièrement et socialement viables à l'avenir. "De nombreux pays ont introduit dans leurs systèmes de retraite des mécanismes d'ajustement automatique (AAM) qui modifient les paramètres des systèmes de retraite, tels que l'âge de la retraite, les prestations ou les taux de cotisation, lorsque les indicateurs démographiques, économiques ou financiers changent. Ces mécanismes d'ajustement automatique sont essentiels pour aider à faire face à l'impact du vieillissement", précise le rapport. Or selon l'analyse de l'OCDE, ces "mécanismes d'ajustement automatique ont parfois été suspendus, voire supprimés, afin d'éviter les réductions des prestations de retraite et les augmentations de l'âge de la retraite".

Retraite : la pression financière liée au vieillissement de la population persiste

"La pandémie de COVID-19 a fait payer un lourd tribut aux personnes âgées" et "le financement des retraites s'est détérioré en raison de la perte de cotisations". Toutefois, "les retraités ont vu leurs pensions bien protégées dans les pays de l'OCDE", peut-on lire dans le rapport, car "les déficits ont été principalement couverts par les budgets des États". Or, "pour que les systèmes de pension reposent sur des bases solides à l'avenir, il faudra prendre des décisions politiques douloureuses", prévient l’OCDE.

Quels sont les pistes envisagées ? Revenons sur les tendances actuelles et futures, dans le diaporama ci-dessous.

Actuellement, c’est en France que les retraités sont les mieux lotis

1/5
Actuellement, c’est en France que les retraités sont les mieux lotis

Selon l’OCDE, les revenus moyens des retraités progressent plus vite que pour l'ensemble de la population. Les personnes âgées de 65 ans ou plus perçoivent en moyenne 88% des revenus de la population totale, au sein de l'OCDE. C'est par ailleurs en France que les retraités sont les mieux lotis, puisqu’à 65 ans, ils touchent 98% des revenus de la population totale.

Vers un recul indéniable de l'âge de départ à la retraite

2/5
Vers un recul indéniable de l'âge de départ à la retraite

Le vieillissement démographique, qui s'est accéléré depuis dix ans, devrait encore être plus rapide lors des 20 prochaines années. En raison de la diminution de la population active – au moins un tiers d’ici à 2060 - notamment en Grèce, au Japon, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, les dépenses de retraite dans la zone OCDE devraient bondir d'encore 3,5% du PIB en moyenne d'ici à 2035, selon l'étude. 

L'âge normal de la retraite devrait donc augmenter d'environ deux ans en moyenne dans ces pays, de 64,2 ans en 2020 à 66,1 ans au milieu des années 2060 pour les hommes. Il pourrait même être repoussé à 69 ans ou plus au Danemark, en Estonie, en Italie et aux Pays-Bas.

En France, le débat fait rage. Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a voté pour un report progressif de l'âge légal de la retraite de 62 à 64 ans. Que décidera le futur président de la République ?

Quel pouvoir d’achat pour les retraités ?

3/5
Quel pouvoir d’achat pour les retraités ?

Ce n’est un secret pour personne, une fois la retraite venue, les revenus baissent considérablement. Les disparités sont d’ailleurs grandes au sein des pays de l’OCDE. En principe, un actif ayant effectué une carrière complète au salaire moyen à partir de 2020 devrait percevoir 62% de son salaire net une fois ses droits à la retraite liquidés. Or, ce taux varie de moins de 35% en Estonie et en Lituanie à plus de 90% en Hongrie, au Portugal et en Turquie. En France, la perte est évaluée à 25% en moyenne. Qu’en sera-t-il à l’avenir ?

Vers des mécanismes d'ajustement automatique

4/5
Vers des mécanismes d'ajustement automatique

Afin d’éviter les débats politiques houleux lors de chaque modification du régime de retraite, deux tiers des pays de l’OCDE instauré des mécanismes d'ajustement automatique. Âge, montant des pensions, niveau des cotisations… Pour l’OCDE, c’est un outil essentiel, permettant une modulation des paramètres des régimes de retraite selon les variations des indicateurs démographiques, économiques ou financiers. 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.