Des frais de déplacement aux coûts de personnel, l'Elysée a engagé une baisse drastique de ses dépenses qui lui a déjà permis d'économiser plusieurs millions d'euros.
© AFPAFP

© AFP

Il n’y a pas de petites économies ! Dans un effort de rigueur budgétaire, le palais présidentiel se voit obligé de réduire son train de vie et d’éviter le moindre gaspillage. Le but, arriver à un budget annuel de 100 millions d’euros en 2015 alors que celui-ci s’élevait à 112 millions en 2011. L’enquête réalisée par Europe 1 montre que ce "régime sec" s’applique sur tous les types de de dépenses, des frais de déplacement aux frais de personnel, des coûts de prestations à ceux de la cave. Explications.

Limiter le coût des déplacements

Les frais de déplacements sont passés au peigne fin par Sylvie Hubac, rigoureuse trésorière du palais, qui a considérablement fait diminuer les coûts des visites présidentielles. À titre d’exemple, le personnel qui prépare en amont la venue du chef de l’État ne voyage plus en businnes comme c’était le cas avant mais en classe économique. Même régime pour l’hôtel. Le personnel dort désormais dans un établissement de milieu de gamme dont le tarif a été négocié par. Ainsi, Europe 1 nous apprend que lors du voyage de François Hollande à l’ONU, ce sont quelques 200.000 euros qui ont été ainsi économisés. Mieux encore, avec ce type de fonctionnement, le coût d’une rencontre franco-allemande a ainsi été divisée par quatre nous apprend la radio généraliste.

Une plus forte concurrence pour les prestations

Cette volonté d’économie se retrouve également dans les frais d’entretien auxquels se retrouve confronté l’Élysée. La solution pour réduire les coûts d’intendance ? Multiplier les appels d’offres et donc solliciter la concurrence. Initiée par l’équipe précédente, cette méthode s’est généralisée conduisant l’Élysée à y recourir sur 80% des dépenses contre 29% auparavant. Résultat : le palais présidentiel a fait une économie de 170.000 sur l’entretien du parc des photocopieuses, toujours selon Europe 1.

Une baisse du personnel

Cet effort de rationalisation a également un impact sur le personnel. L’ensemble des effectifs présidentiels est passé de 882 personnes à 836 dans la mesure où les départs à la retraite ne sont pas systématiquement remplacés. Cette baisse des effectifs a bien vocation être poursuivie. L’Élysée compte en effet réduire ses coûts de personnel grâce notamment à la numérisation de l’administration par exemple.

Reboucher les bouteilles de vin ?

Cela peut paraître anecdotique, mais la sommelière de l'Elysée s’est dotée de "bouchon spéciaux" pour reboucher les grands crus qui ont été juste entamés. Contacté par Planet.fr, Fabrizio Bucella œnologue et blogueur vin pour le Huffington Post, nous indique "si volonté il y a de reboucher des bouteilles pour faire des économies, c’est qu’il s’agit de bouteilles onéreuses et donc de vins relativement vieux".Pour le spécialiste, cette manœuvre, si toutefois elle est bien réalisée, ne met pas en danger la qualité du vin "à condition que ce type de conservation n’excède pas 24h car se sont les vins murs qui craignent le plus l’oxydation" et précise au passage que "si le vin est trop vieux, le goût sera forcément différent, voire altéré". Quand on sait que la cave présidentielle compte quelques Chateaux d'Yquem ou autres Chateau Latour, il vaut donc mieux être prudent. Rappellons que l'an dernier la vente aux enchères de 12 000 bouteilles de la cave de l'Elysée avait rapporté 718 800 euros.

Ci-dessous la vidéo d'une cave exceptionnelle:

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Plus belle cave du monde cherche écrin pour devenir un "Louvre du vin"

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.