Sommaire

3. L'escroc condamné 16 fois

4. Philippe Berre : un arnaqueur au grand coeur ?

Auteur de nombreuses impostures rocambolesques, Philippe Berre n'est pas un escroc comme les autres... En effet, ses réelles motivations intriguent : l'homme n'a jamais récupéré un sou de ses mises en scène !

Philippe Berre est né en 1954 à Paris. Avant sa vie d'escroc, il avait une femme et un fils, qui lui ont aujourd'hui tourné le dos, et ont rompu tout contact avec lui. A la fin des années 1990, la mère de Philippe Berre avait déclaré à des enquêteurs que "Déjà, petit, il mentait tout le temps". Avec le temps, il est devenu expert dans l'art des subterfuges.Philippe Berre a toujours rêvé d'une carrière de chef de chantier. Il ne l'a jamais légalement été. Lors d'une inculpation, il avait déclaré au juge : "lorsque je vois des engins de travaux publics, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'ils m'appartiennent, et qu'ils m'attendent". Ses escroqueries, Philippe Berre les orientera donc principalement vers les chantiers, partout en France. "Je sais que cela n'a aucun sens, mais que voulez-vous, je suis heureux quand je fais ces travaux, je deviens la personne que j'ai toujours rêvé d'être" avait-il ajouté.

Voilà bien sa seule motivation, car l'homme n'est pas intéressé par l'argent. Le rôle qu'il aime, c'est celui d'homme providentiel ! Plus que le richesse, c'est la reconnaissance des autres pour son travail que recherche Philippe Berre. S'il dérobe quelque argent, c'est pour le réinvestir immédiatement dans ses projets fous. Lors du tournage du film ''A l'origine'' de Xavier Giannoli (sorti en 2009), retraçant son étonnante épopée dans la Sarthe, Philippe Berre avait précisé au réalisateur que le plus important pour lui était que le film montre qu'il avait bien fait son travail.Les victimes de ses arnaques ? Des entreprises, des hôtels, des restaurants... Mais au cours de ses escroqueries, Philippe Berre a toujours cherché à aider les gens qu'il rencontrait : leur donner du travail, négocier des réductions pour eux... Un Robin des Bois des temps modernes !

A savoir : Le juge d'instruction dans l'affaire de l'autoroute de Saint-Marceau a découvert sur la fiche d'état civil de l'escroc que son nom de famille était en réalité "Berri" et non "Berre". Pendant toutes ces années, l'imposteur n'a jamais rectifié l'erreur de prononciation. Aujourd'hui encore, la presse évoque cet homme sous le nom de "Philippe Berre".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.