Victorine Dartois a été tuée entre les 26 et 28 septembre 2020. Les enquêteurs cherchent encore à comprendre ce qui lui est arrivé. Pour autant, elle n'est pas la première femme a avoir été retrouvée morte.
Mort de Victorine : l'Isère est-elle maudite ?AFP

"En Isère, nous avons déjà vécu l'affaire Maëlys il n'y a pas si longtemps…", rappelle Annick, 61 ans, dans les colonnes du Figaro. La sexagénaire, qui habite la région, répondait aux questions de nos confrères à l'occasion de l'inhumation du corps Victorine Dartois, 18 ans, retrouvée morte le lundi 28 septembre 2020. La jeune femme, disparue deux jours avant la découverte de son cadavre, a été noyée dans l'un des ruisseau jouxtant la commune de Villefontaine. Les gendarmes de la section de recherche (SR) de Grenoble ont multiplié les examens sur son corps avant de le rendre à la famille, accompagné d'un permis d'inhumer. Elle a donc été enterré le mercredi 7 octobre 2020, à Bourgoin-Jallieu, en région Lyonnaise.

Cette tragédie - les enquêteurs parlent d'homicide et ont fondé une cellule spécialisée en charge de la bonne tenue des investigations - n'est malheureusement pas une première dans la région, ainsi que le rappelait Annick. Depuis des années déjà, les affaires se succèdent et les habitants ont peur.

Dernière affaire en date ? Le meurtre de Maëlys de Araujo.

Victorine, Maëlys et les "disparus de l'Isère"

L'affaire Maëlys n'est d'ailleurs pas résolue. Mardi 6 octobre dernier, Nordahl Lelandais, le principal suspect, a été placé sous statut de témoin assisté par les juges d'instruction. Il échappe donc à une mise en examen pour viol, rapporte Le Dauphiné Libéré, qui couvre l'affaire depuis ses débuts. L'avocat de la famille craint depuis "des assises au rabais".

Pour rappel, l'ancien maître-chien a avoué avoir tué Maëlys de Araujo, 9 ans, après l'avoir convaincue de l'accompagner jusque chez lui pour voir ses animaux. Il a dit aux enquêteurs l'avoir frappée sur le trajet, alors qu'il la conduisait à son domicile mais soutient qu'il s'agit d'un accident.

"Le placement de Nordahl Lelandais sous statut de témoin assisté pour le viol de Maëlys de Araujo éloigne la perspective d'un procès d'assises au cours duquel le mis en cause aurait à répondre de la totalité des actes commis sur la fillette. La vérité judiciaire tend donc à s'écarter de la vérité des faits réellement subis par Maëlys", a déploré maître Fabien Rajon, l'avocat de la famille, aux micros du quotidien régional.

Comparez les Mutuelles séniors et économisez toute l'année !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.