Un problème d'immigrationclandestine

Affichant des conditions de vie bien supérieures aux îles voisines des Comores, l'île de Mayotte souffre déjà d'un problème d'immigration clandestine. Un système de santé développé, un système éducatif plus performant, de meilleures conditions sociales : Mayotte a tout pour attirer les habitants voisins. Sur l'île, ils seraient un tiers de clandestins.

Nombreux sont les Comoriens qui périssent à bord d'un bateau de fortune, destiné à les emmener à Mayotte. Mais cette immigration clandestine va plus loin : certaines femmes entrent illégalement à Mayotte dans l'unique but d'y accoucher et d'obtenir la nationalité française pour l'enfant. Il arrive également qu'un Comorien déjà marié vienne chercher une seconde épouse à Mayotte pour accéder à la nationalité française grâce à cette union.

En devenant département français, avec toutes les aides financières et sociales que cela implique, Mayotte risque de voir ces problèmes s'amplifier.

La fin de la justice musulmane

A Mayotte, 95% des habitants sont de religion musulmane. Sur l'île, les fonctions sociales, juridiques et religieuses sont exercées par des "cadis", équivalents à des juges. Mais avec le passage au statut de département français, les Mahorais devront se conformer aux règles de la République.

Les jugements rendus par les cadis n'auront donc plus aucune valeur légale, alors que les habitants avaient plus facilement tendance à se tourner vers eux que vers les tribunaux d'Etat. Les cadis pourront cependant conserver des fonctions de sages ou de médiateurs...

Interdiction des mariages polygames

Par ailleurs, tout nouveau mariage polygame, autorisé par la religion islamique, sera désormais proscrit. L'âge légal minimum des femmes pour se marier sera également relevé de 15 à 18 ans, comme dans le droit commun. Enfin, le tuteur patrimonial n'aura plus son mot à dire, ce qui permettra de s'assurer du consentement libre de la femme.

Mais certains estiment que ces informations n'ont pas suffisamment été relayées, et peu débattues. Avec la fin de cette influence islamique sur la société mahoraise, c'est tout le mode de vie de l'île qui devra s'adapter aux principes de la République.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.