Le ministre de l'Intérieur veut pénaliser les certificats de virginité. De quoi s'agit-il exactement ?
Mais au fait, c’est quoi ces "certificats de virginité" que Gérald Darmanin veut interdire ?AFP

"Dans la République, on ne peut pas exiger des certificats de virginité pour se marier", affirmait fermement Emmanuel Macron en février 2020. "Dans la République, on ne doit jamais accepter que les lois de la religion puissent être supérieures aux lois de la République", avait-il alors poursuivi. De grandes déclarations électorales à l'approche des municipales ? Peut-être pas. Récemment, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est en effet emparé de ce combat. Il a annoncé vouloir "pénaliser" les certificats de virginité, rapporte le Huffington Post

Il s'est exprimé à ce sujet dans les colonnes du Parisien, à qui il accorde un long entretien croisé avec Marlène Schiappa, publié ce dimanche 6 septembre 2020. "Certains médecins osent encore certifier qu'une femme est vierge pour permettre un mariage religieux, malgré la condamnation de ces pratiques par le Conseil de l'Ordre des médecins", déclare-t-il. "On va non seulement l'interdire formellement, mais proposer la pénalisation", poursuit-il encore. Il n'entend d'ailleurs pas s'arrêter là… "On va également mettre clairement dans la loi qu'aucun élu ne pourra prendre des dispositions pour favoriser l'inégalité entre les femmes et les hommes pour mettre en place des pratiques communautaires", assène encore le premier flic de France.

Concrètement, c'est quoi un certificat de virginité ?

Mais concrètement, comment est-il possible d'affirmer ou non qu'une femme est vierge ? Après les premières annonces à ce sujet, quand Gabriel Attal - alors secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education Nationale et de la jeunesse - avait éventé les projets du président, RMC s'était penché sur l'affaire.

Sans grande surprise, il en ressort que le certificat de virginité repose sur un examen gynécologique qui, sur la base de l'inspection de l'hymen cherche à identifier les traces d'une précédente pénétration vaginale. Un exercice que le Conseil des médecins de France invite donc à ne pas faire mais qui serait plus courant qu'il n'y paraît…

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.