Le réveil du Canard enchaîné se confirme, et c’est tant mieux. Après son article sur la vente d’Alstom, le 25 avril, le Palmipède retrouve son rôle de contestateur du pouvoir, souvent ironique, toujours parfaitement informé. "Les bonnes affaires de la photographe favorite des Macron" sont anecdotiques. L’étude concernant le futur impôt à la source – en page 3 du canard précité - est beaucoup plus sérieuse et significative des priorités de notre Président.

L’objectif de cette modification profonde de notre fiscalité est bassement comptable : d’une part, elle permet une économie (pour l’année de mise en place) que le Palmipède évalue à cinq milliards d’euros ; d’autre part, elle accorde des facilités de trésorerie de l’ordre de trois milliards d’euros ; le tout au détriment du contribuable.

A quoi cela sert-il ? Puisque que cette "économie" est circonstancielle, son seul intérêt est de "faire croire" que les finances de la France vont mieux : on reste dans les limites imposées par Bruxelles et on rassure les marchés financiers – du moins ceux qui se laissent éblouir par de la poudre aux yeux.

Mais ce gadget coûte-t-il cher ? Eh oui ! Tout est là, même si le canard précité n’en parle encore qu’assez peu. Car la note finale dépasse infiniment les huit milliards évoqués plus haut. Vous me direz que la plupart de nos voisins procèdent ainsi : certes, mais c’est toute leur fiscalité qui est adaptée à ce mode de prélèvement, aussi bien sur le plan matériel que psychologique.

Techniquement, le service des impôts français fonctionnait relativement bien ; tous ses mécanismes vont être à revoir ; l’accumulation des "bugs" est incontournable. Le cas des particuliers est tout aussi traumatisant : les déclarations d’impôts ne vont pas être simplifiées, bien au contraire.

Mais le pire concerne les petites entreprises : l’artisan qui n’a que quelques employés n’est absolument pas armé pour faire le travail du fisc ; or, jusqu’ici, et contrairement à ses promesses, Emmanuel Macron a tout fait pour compliquer la tâche administrative des "petits patrons" alors que ceux-ci sont les premiers pourvoyeurs d’emplois.

Notre Président est de droite : oui, mais dans ce qu’elle a de pire ! Arrogante, incompétente, paresseuse, fermée aux besoins réels du peuple. Comment peut-on être assez aveugle pour être satisfait d’un tel président amateur ?