Le dossier médical partagé (DMP) doit être étendu à tous les assurés à la fin de l'année 2007. Avec le DMP, le patient aura accès à son carnet médical, ses examens biologiques, radiologiques et la liste de tous ses médicaments prescrits. Un moyen de suivre sa santé au quotidien.
Le patient aux commandes de son dossier médical.
Sommaire

Le patient aux commandes de son dossier médical.

Son dossier en un clic

On l'attendait pour juillet 2007, il sortira en novembre. A cette date, tout assuré pourra demander à ouvrir gratuitement son Dossier personnel médical (DPM). Prévu par la loi sur l'Assurance maladie du 13 août 2004, ce DPM regroupe dans un dossier informatisé des soins prodigués aux malades.

Concrètement, à chaque consultation, le médecin utilise sa carte de professionnel de santé et la carte vitale de son patient pour accéder à son dossier. Puis il y entre la tension, le pouls, le poids, l'examen réalisé... Le patient de retour chez lui peut consulter ces données sur son ordinateur ainsi que ses comptes rendus d'analyses biologiques, son carnet de vaccination, ou ses examens radiologiques. Sur un espace personnel il peut également faire des remarques sur son état de santé. Quand il arrive chez un autre professionnel, un spécialiste par exemple, ce dernier ouvre le DPM du patient pour consulter les indications laissées par le médecin prescripteur.

Confiance des patients tests

Selon le groupement d'intérêt public pour le DPM, 84% des patients ayant expérimenté le DPM, en sont satisfaits. Angélique, jeune femme qui l'a testé en avant-première, affirme « c'est pratique, on dispose de toutes les données. Y compris l'identité de ceux qui ont consulté mon dossier. » Son seul bémol : « ne figure que le compte rendu de mon échographie, pas la vidéo de ma grossesse car la gynécologue ne dispose pas encore de l'appareil que le permettrait. Cela viendra. »

Protection rapprochée des données

Ce dossier est évidemment protégé. 92 % des patients ayant participé aux expérimentations du DPM en 2006, déclarent avoir confiance dans sa sécurité et sa confidentialité. Lors de son ouverture, le patient obtient un numéro identifiant, différent de son numéro de Sécurité sociale, et un code d'accès personnel. 15% admettent toutefois avoir des craintes, notamment par rapport à l'usage que pourraient faire de leur dossier les compagnies d'assurances ou les médecins experts pour ces compagnies.

Toute intrusion sera sanctionnée par le Code pénal. C'est le patient en effet qui décide à qui il autorise l'accès à son dossier (souvent lors l'ouverture ou lors de la première consultation avec un nouveau professionnel). Seule exception, en cas d'urgence, si le patient est inconscient, les médecins peuvent accéder à son dossier pour vérifier ses antécédents ou écarter des incompatibilités médicamenteuses.

Une nouvelle relation avec son médecin ?

Les patients auront-ils la conduite pleine et entière de leur dossier ? Non. « Le DPM ne contient que les données qui y sont consignées par les médecins et ce dossier lui reste accessible à sa demande, reconnaît un médecin généraliste du Val de Marne qui a testé le dispositif. Mais rien n'empêche chaque médecin de posséder un autre dossier médical pour son patient, centré essentiellement sur la spécialité pour lequel il est compétent et qui restera la propriété du médecin comme c'est le cas aujourd'hui. »

Somme toute, le DPM permettra au patient de devenir « un acteur à part entière de sa santé » précise Patrick Roua, médecin généraliste dans la Marne. Ce dossier répondra à ses questions, ses craintes. Au couple patient médecin de se redéfinir. « Le rôle et la place du médecin vont devoir changer et s'adapter à ce nouveau mode de fonctionnement, précise le Dr Roua. Le suivi sera optimisé si les professionnels de santé acceptent de changer leur pratique et de partager beaucoup plus de données. » Une véritable révolution pour certains prévoit-il.

Pour en savoir plus sur le dossier médical personnel, consulter le site du groupement d'intérêt pour le DPM

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.