Sommaire

Le cannibale passe à l’acte : le meurtre de Renée Hartevelt

Le cannibale passe à l'acte : le meurtre de Renée HarteveltUn soir de juin 1981, Renée Hartevelt (voir photo ci-contre), la jeune étudiante qui s’est prise de sympathie pour Issei Sagawa, accepte de passer la soirée chez ce dernier. Les deux jeunes gens sont passionnés de littérature et de poésie, c’est donc lorsque Renée Hartevelt lit un poème allemand de Johannes Becher que le Japonais passe derrière elle, saisit sa carabine et tire dans la nuque de la jeune femme. Le coup est fatal.

A ce moment, le jeune homme sait qu’il va pouvoir assouvir sa terrifiante envie. Il se livre à un acte de nécrophilie avant de découper la jeune femme en morceaux et d’en prélever de la chair. Il en consomme un peu, et garde le reste dans son réfrigérateur.

Non content de perpétrer son crime, Issei Sagawa prend soin d’enregistrer le meurtre de sa victime sur une cassette audio où l’on peut entendre la voix de la jeune femme lire les vers, le coup de feu, puis le silence.

Mais il ne s’arrête pas là, le cannibale prend également des clichés au fur et à mesure qu’il "consomme" sa victime, pour immortaliser ce moment.

Des années plus tard, Issei Sagawa explique très froidement dans une interview qu’il n'a pas souhaité tuer la jeune Hollandaise, mais "juste" la manger. Le deuxième acte impliquant le premier, il en a donc conclu qu’il était obligé de commettre un meurtre.

Crédit photo : capture d'écran du reportage Dans la tête du cannibale japonais - Planète Justice 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.