La gauche la plus bête du monde

La primaire à gauche va finir par ressembler à un conseil des ministres du gouvernement Ayrault. Tout le monde y est ou presque. Il ne manque encore que peu de candidats pour qu'ils constituent même une équipe de foot. Mercredi, on a appris qu'Aubry a lancé son offensive Tout Sauf Valls en poussant une candidature Peillon. Le but n'est plus de gagner l'élection ni même de sauver les meubles.

QUEL MOT UTILISER...

Pour qualifier ce qu'il se passe au PS ? En pleine décomposition, les voilà tous repartis dans des calculs politiques minables. On est plus proche des manœuvres pré-Congrès du PS que d'un rendez vous avec le pays et l'Histoire. Mélenchon se réjouit et se voit déjà en Castro ou Chavez français supprimant le droit de vote dès son élection. Écœurant.

DE RECORDS EN RECORDS

La hausse des marchés s'accélère à l'approche de la fin d'année. Les indices américains ont à nouveau explosé leurs records historiques entraînant dans leur sillage les marchés européens au plus haut de l'année. C'est assez spectaculaire. L'impulsion de cette dernière vague de hausse vient des valeurs financières aux États-Unis comme en Europe : les valeurs des banques italiennes continuent leur rebond dans l'attente d'interventions de la Banque centrale européenne.

RALLYE DE FIN D’ANNÉE

Les investisseurs misent largement sur une accélération de la hausse sur la fin d'année. Avant l'entrée officielle en fonction de Trump, qui pourrait marquer la fin de l'état de grâce de celui qui est passé du statut d'épouvantail à celui de héros, les marchés profitent d'une fenêtre de tir exceptionnelle. J'observe tout cela avec beaucoup d'étonnement et de circonspection. Mais les marchés ont toujours raison non ?...

LES MARCHÉS ANGLAIS

continuent à rebondir, dans le sillage grands indices boursiers. Le Footsie a progressé de près de 2% hier, la livre sterling remonte un peu et on sent que les investisseurs sont de plus en plus à l’aise avec la Grande-Bretagne avec un indice anglais qui a rebondi de plus de 20% depuis le referendum. Il faut dire qu’on y voit tout de même de moins en moins clair sur le Brexit plus on approche de la date fatidique du déclenchement du fameux article 50, au plus tard le 31 mars 2017, selon un accord d'hier soir entre May et le Parlement . Si on résume un peu la situation, on se rend compte qu’on ne sait rien ou presque de ce qu’il va se passer. Ce qu’on sait, c’est que le gouvernement britannique mené par Theresa May veut un hard Brexit mais qu’elle aura de plus en plus de mal à l’imposer. Première épreuve : le Parlement. Même si le gouvernement a fait appel devant la Haute Cour, le déclenchement du processus de Brexit devra probablement passer par un vote d'un Parlement très largement pro-européen.

SOFT BREXIT

Le Parlement devrait, je dis bien devrait, confirmer le Brexit. Mais il ne le fera pas sans se battre et probablement obtenir un Brexit beaucoup plus soft que ce que souhaite le gouvernement. Et je trouve qu'on ne souligne pas assez un élément essentiel : rappelez vous, au lendemain du Brexit, on craignait une contagion dans toute l’Europe et on s’attendait au moins à ce que l’Union Européenne se divise sur l’attitude à adopter face à la Grande-Bretagne. Or ce qu’on voit pour l’instant c’est une Europe totalement unie, parlant d’une seule voix, celle de Michel Barnier en charge des négociations. Vous n’avez entendu aucune déclaration dissonante. Et la voix européenne est ferme, très ferme. Pas de concession. Pas de passeport européen sans libre circulation. Et surtout pas de calendrier à rallonge. Barnier a été clair cette semaine : tout doit être bouclé en 18 mois. Un calendrier pourtant difficilement tenable. Cette fermeté, et cette ambiance générale d’incertitude, fragilisent le camp du Brexit et rendent les marchés optimistes sur les conséquences du referendum.

LE GOUVERNEMENT PEUT ENCORE SÉVIR

On imaginait que ce gouvernement de transition ferait ce qu'il pourrait faire de mieux : rien. Mais on a appris hier qu'il allait arrêter, plus tôt que prévu, la prime à l'embauche pour les PME, une des rares mesures qui ont permis de créer des emplois. Logique.

ITALIE. SUITE.

C'est parti pour une bonne vieille crise politique à l'italienne. Renzi a finalement démissionné. Et il commence à s'agiter pour provoquer des élections anticipées. Comme le souhaite aussi l'opposition. La prochaine élection était normalement prévue pour le début de l'année 2018... On risque d'être confrontée à une situation à l'espagnole, des mois sans gouvernement faute d'une majorité à l'assemblée.

LE TTSO DE LA SEMAINE :

Selon des informations du Monde et du site d’investigation The Intercep, la NSA (et les services secrets anglais) ont mis au point un dispositif permettant de capter "pratiquement en temps réel" toutes les communications téléphoniques émises d'un avion (y compris les codes confidentiels des téléphones) et d'identifier les passagers utilisateurs. Les vols d'Air France semblent avoir été particulièrement ciblés par la NSA. N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

C'est la grande flambée de fin d'année. Tout explose.4700 sur le CAC, 3138 pour l'Eurostoxx, soit un rebond de plus de 20% depuis le Brexit, le Dow Jones se rapproche des 20000 points et le S&P est à 2241 points. Sur les devises, l'euro tient bien et se rapproche des 1.08 usd, le dollar est à 113.60 yens et le sterling à 1.2650 usd. L'or profite un peu de la glissade du dollar et retrouve les 1180 dollars et le pétrole a glissé en dessous des 50 dollars. C'est Noël avant Noël.

SOIRÉE INVESTISSEMENT BOURSIER ET PRODUITS DÉRIVÉS

MonFinancier invite tous ses abonnés pour une soirée privée Cocktail boursier, le mardi 13 décembre dans notre agence du patrimoine au 28 avenue Marceau (Paris 8ème). Ce sera l'occasion de faire le point sur votre abonnement et sur les évolutions prévues pour 2017. En compagnie des experts de Commerzbank, nous vous donnerons nos outils pour mieux appréhender la Bourse et suivre nos conseils actions, mais aussi produits dérivés. De 18h00 à 21h00. Soirée réservée aux abonnés MF privé. Inscrivez-vous ici. Si vous n'êtes pas encore abonné(e), découvrez tous les services de l'abonnement MF privé et profitez de notre offre de fin d'année en cliquant ici.

ON S'EN FOUT ?

Pour se défendre à l'Assemblée contre sa connitude à Cuba, Royal demande "pourquoi n'agressez-vous pas de la même façon le Pape qui s'est rendu deux fois à Cuba?", c'est cheap de cafter ses camarades ; Le cauchemar de milliers de maris, Ikea, a annoncé un bénéfice record de 4.2 milliards d'euros pour son année ; Five Guys, le meilleur burger du monde selon Obama, ouvre aujourd'hui à 11h sur les Champs-Élysées ; Hidalgo vient de lancer un "plan d'action" contre la prolifération des rats dans les parcs parisiens et notamment le Champ de Mars, beurk ; Nikos est entré au musée Grévin, à côté de De Gaulle et Napoléon, triste période.

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 8 décembre 2016.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet