Une étude dévoilée par le Trésor montre que, non, la France n'est pas particulièrement généreuse avec ses chômeurs en comparaison à ses voisins européens. Explications.  
©AFP

La direction générale du Trésor a publié mercredi une note qui compare les aides que touchent les chômeurs de 16 pays européens. Des chiffres qui montrent que la France n’est pas particulièrement généreuse par rapport aux autres Etats.

Pour en arriver à ces résultats, le Trésor a pris plusieurs éléments en compte, dont le taux de remplacement net pour les demandeurs d’emploi, les conditions d’accès et de maintien à l’assurance chômage ou encore les baisses d’impôts et les allocations logements et familiales qui leur sont accordées.

Moins que la moyenne européenne

"D'après ces calculs, au début, un chômeur français touche environ 67% de son ancien salaire, ce qui est un peu moins que la moyenne européenne. Puis, en fin de droits, les demandeurs d'emploi français voient leurs ressources chuter plus brutalement que les autres européens", explique RFI.fr.

Les chômeurs qui avaient des hauts revenus ont toutefois un taux de remplacement net plus élevé. "Pour un demandeur d'emploi ayant gagné par le passé un salaire 200% plus élevé que la moyenne, le TRN s'élève à 68% contre 48 % dans la moyenne de l'échantillon et moins de 35 % en Suède, en Espagne et au Royaume-Uni", précise de son côté Boursier.com.

La durée d’indemnisation (deux ans maximum) et l’ouverture des droits aux chômeurs sont quant à elles plus intéressantes en France que chez nos voisins européens