C’est en lisant toutes les analyses sur ce pétrole qui a perdu deux tiers de sa valeur et sur l’impact de cette baisse sur l’économie française que je me suis dit que la croissance en France en 2015 était un vrai désastre. Certes, nous terminerons l’année légèrement au dessus des 1%. Mais hors alignement des planètes, cette croissance est nulle ou négative.

TOUT EST FAVORABLE

D’après ce que j’ai cru comprendre, l’effondrement du pétrole nous a apporté 0.4 à 0.5% de croissance en plus. Voilà pour la première planète. Deuxième planète, les taux d’intérêt. Des taux d’intérêt historiquement bas. La France finance une dette massive supérieure à 2000 milliards d’euros à des taux ridiculement bas, totalement aberrants par rapport à notre endettement, et ce grâce à la Banque centrale européenne. Et ces taux bas sont bien évidemment un boost majeur pour tous les acteurs de l’économie française, de l’État aux entreprises en passant par les particuliers. Là encore, on parle de 0.4% à 0.5% de croissance en plus. Voilà pour la deuxième planète. Et enfin troisième planète, l’euro. Il n’est certes pas à la parité mais en dessous de 1.10, il est à un niveau extrêmement avantageux pour l’économie française. Soyons conservateurs et disons que cette troisième planète nous apporte 0.2 à 0.3% de croissance en plus.

UNE CROISSANCE NÉGATIVE

Et je vais vous donner le résultat de l’addition: ces trois planètes alignées nous ont rapporté entre 1% et 1.3% de croissance supplémentaire. Si on finit donc l’année avec une croissance de 1.1%, on a donc fait du surplace, voire un peu régressé. C’est un constat pathétique auquel il faut ajouter les 5.7 millions de chômeurs. Notre modèle détruit de la croissance. Dans un environnement ultra favorable, alors que la plupart de nos voisins sont au dessus de 1.5%, voire au dessus de 2%. C’est le constat d’un terrible échec politique et d’une incompétence politique qui a été sanctionnée lors des dernières élections. On pourrait rêver d’un réveil en 2016 mais en 2016 il faudrait pour cela que les planètes restent alignés et que les politiques se réveillent. Malheureusement nous sommes déjà entrés en période électorale. Joyeux Noël quand même.

NOUS ET EUX

Nous allons frôlé les 100% du PIB avec notre dette. L'Allemagne serait en dessous des 75%.
Notre déficit sera encore supérieur aux 3% de Maastricht. Ils n'ont plus de déficit mais un excédent budgétaire.
Mais il paraît que c'est notre modèle qui est le meilleur.

BRAVO

Une fois n'est pas coutume : bravo à Hollande pour avoir, pour une fois, tenu parole et maintenu la déchéance de nationalité dans la révision de la Constitution...

BYE BYE TAUBIRA ?

Ce sera un de mes voeux au père Noël et j'ai l'impression qu'après le nouveau camouflet de la déchéance de nationalité, sa déchéance est proche. On aura sûrement droit à un remaniement ministériel à la rentrée. Le problème c'est qu'ils parlent de la recaser à la Culture. Ce sera toujours mieux qu'au ministère de la Justice qu'elle a transformé en ministère du laxisme.

ENCORE UN SYMBOLE

Après la mort de madame Claude, c'est maintenant la mise à disposition du catalogue des Beatles en streaming qui marque la fin d'une époque.

L'ESPAGNE DANS LA TOURMENTE

Le parti socialiste a refusé l'appel à une grande coalition du "gagnant" des élections, le parti populaire de Mariano Rajoy. Il reste, comme au Portugal, la possibilité d'une coalition de gauche entre le PSOE et Podemos... Ou de nouvelles élections dans quelques semaines.

LE C'EST FINI DU JOUR

Volkswagen supprime son slogan "Das auto" jugé trop prétentieux après la fraude de l'année...

ALTICE SOUS PRESSION

Cette fois-ci, la pression vient des États-Unis, selon le Wall Street Journal. Le cours de la cible de l'OPA d'Altice, Cablevision Systems, traite 9% en dessous du prix d'offre, ce qui signifie que les investisseurs craignent que ce deal n'aboutisse pas du fait de contraintes que pourrait imposer la ville ou l'État de New York. Il va falloir toute l'ingéniosité de Drahi pour surmonter ce nouvel obstacle.

PETIT FRÉMISSEMENT SUR LE PÉTROLE

Après une chute quasi ininterrompue, le pétrole a rebondi hier sur des statistiques de stocks en baisse aux États-Unis et sur des prévisions de l'OPEP de doublement du cours du pétrole et de baisse de leur production...mais en 2020. On pourrait quand même avoir atteint un plancher sur le pétrole autour de 35 dollars.

LE TITRE DU JOUR

"Le coup de chaud météo un froid sur le commerce", Les Échos. À propos de l'impact de la douceur de l'hiver sur la consommation française.

JOYEUX NOOOOOOËËËËËËËËËËL !!!

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Edito publié sur MonFinancier.com le 24/12/2015.