Entre le prélèvement à la source qui pourrait être repoussé, les cartes grises numérisées qui mettent un temps fou à être délivrées, ou encore le dispositif d'admission pour les étudiants qui fonctionne comme bon lui semble… Les bugs informatiques des projets d'envergure initiés par l'Etat se multiplient. Problème ? Ils coûtent cher, très cher.
Adobe Stock

Bourdes de l’Etat : le vrai prix du prélèvement à la source

Les dispositifs qui permettent aux contribuables de gagner du temps et à l’administration fiscale de faire des économies sur le long terme : c’est bien… Enfin, surtout quand ça marche ! Prenons l’exemple du prélèvement à la source. Il a déjà coûté pas moins de 300 millions d’euros rien que pour sa mise en place. Laquelle mise en place a nécessité des mois de travail et une communication extrêmement importante pour que les contribuables français se fassent à cette idée…

A lire aussi : La bourde d'Emmanuel Macron qui se trompe de femme

Seulement voilà, même les plus hautes sphères étatiques commencent à appréhender les couacs de sa mise en place prévue, rappelons-le, le 1er janvier 2019. Le risque technique serait tel qu’un possible retour en arrière est désormais envisagé, souligne BFMTV. Le hic tient au fait que, si l’instauration du prélèvement à la source était décalée, la douloureuse passerait de 300 millions d’euros à plus de 325 millions compte tenu des ajustements techniques à effectuer, précise Capital.

Résultat : avant que l’opération ne soit rentable pour tout le monde, il risque bien de se passer des années. En attendant, la douloureuse est tombée.

Vidéo : Combien vous coûtent les bourdes de l’Etat ?