Un patron américain qui avait divisé son salaire par 14 pour augmenter ses salariés n'avait pas prévu que cela se retournerait contre lui.  
©Getty Images

Son initiative avait fait la une des médias. Le responsable de la start-up américaine Gravity Payments, Dan Price, avait en effet fait parler de lui en avril dernier après avoir promis à ses 120 salariés qu’il allait diviser sa rémunération par 14 pour passer leur salaire annuel à 70 000 dollars, soit à peu près 5400 euros par mois.

Mais les choses ne semblent pas avoir été si positives que cela pour le patron, selon le New York Times. Certains clients de l’entreprise ont pris ce geste pour un acte politique tranché. "D'autres ont préféré mettre fin à leur collaboration avec Gravity Payments, craignant que l'augmentation des salaires des employés ne se répercute sur les tarifs de la société, le patron affirmant pourtant le contraire", précise lepoint.fr.

Tensions avec les salariés

A cela s’ajoute aussi les tensions avec les salariés, dont certains, plus anciens dans la boite, n’ont pas apprécié voir les salaires des derniers arrivés être autant augmentés alors que les leurs n’ont pas été haussés de beaucoup.

Pour finir, le frère de Dan Price, cofondateur et actionnaire de Gravity Payments, a quant à lui quitté son poste et décidé d'attaquer le PDG en justice "pour désaccords dans la gestion". Lui aussi s’estime lésé d’une partie des bénéfices, ajoute 20minutes.fr.

A lire aussi :Un patron divise son salaire par 14 et promet 5400 euros par mois à ses salariés 

Dan Price, qui touchait jusqu’alors 1 million de dollars annuels, avait annoncé en avril qu’il passerait sa rémunération au même niveau, à 70 000 dollars, soit 14 fois moins qu’auparavant.

En vidéo sur le même thème : Quel salaire pour être heureux ? 

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.