Fin du cash : la fraude va-t-elle y survivre ?

"L’un des objectifs principaux de la fin de la monnaie numéraire c’est la lutte contre la fraude", souligne le directeur du cercle de l’Epargne. Pourtant, il est formel : la fin du cash ne rimera pas nécessairement avec la fin des fraudes. "En pratique, les malfrats, le crime organisé, et autres réseaux mafieux ont déjà envahi le monde de l’argent numérique." En cas de besoin, estime Philippe Crevel, "le voyou va se mettre à la page et trouvera des moyens de contourner les nouvelles sécurisations". Parmi lesquels, l’utilisation du bitcoin pour des transactions qui auront lieu sur le dark web, par exemple. "De nouvelles formes de délinquance vont mécaniquement se développer", affirme le spécialiste.

Et ce n’est pas le seul souci que pourrait engendrer la disparition définitive des coupures et des pièces. "C’est une mutation qui n’a rien d’anodin, au contraire. Cela fait des millénaires que nous échangeons à l’aide de la monnaie fiduciaire, il est logique et légitime d’être perturbé par un changement de ce type. D’autant qu’il y aura probablement des problématiques d’accès, au compte ou via le smartphone par exemple", insiste l’économiste qui se veut néanmoins rassurant. "Nous avons appris à faire confiance aux billets, il en sera certainement de même ici. La fraude ne va certes pas disparaître mais elle sera probablement moins évidente."

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.