Une fois n’est pas coutume, vous devriez voir apparaitre sur votre prochaine fiche de paie, un petit ajustement qui prend la forme d’une légère hausse de salaire. Mais pourquoi ? 

L’année 2018 commence bien pour les Français. A la fin du mois de janvier, vous pourrez, en effet, observer une augmentation de votre salaire net sur votre fiche de paie qui résulte de la baisse des cotisations chômage (2,4%) et maladie (0,75%). Des cotisations sociales salariales qui devraient, une fois encore, diminuer à l’automne prochain.

Résultat : si vous êtes salarié et que vous gagnez le Smic (1 498 euros bruts par mois désormais), vous pourriez percevoir, selon l’estimation du site Prévissima relayée par Le Figaro, 7,43 euros de plus dès la fin du mois. A l’automne prochain, compte tenu de la future baisse de cotisations sociales prévue, vous pourriez, au final, gagner 263 euros sur l’année.

Publicité
Publicité

Dans le cas où vous gagneriez 3 000 euros par mois par exemple, sachez que cette baisse des cotisations pourrait bien vous permettre d’engranger un bénéfice de 526 euros sur l’ensemble de l’année, explique Le Figaro.

Et si vous êtes travailleur indépendant ?

Là encore, même son de cloche. Si vous gagnez le Smic par exemple, vous pourriez, au final, constater une augmentation annuelle globale sur votre fiche de paie de 277 euros. Si vous percevez deux fois le Smic, vous pourriez obtenir jusqu’à 544 euros de plus sur l’ensemble de vos salaires annuels. Une hausse qui, dans ce cas, se révèle la conséquence directe, d’une part, de la suppression de la cotisation famille, d’autre part, de l'exonération dégressive de cotisation maladie.

Qui sont les perdants ?

De fait, si les personnes disposant de très hauts revenus devraient ne pas y trouver leur compte et se voir délester, sur l’ensemble de l’année, de 177 euros, les grands perdants de ces mesures ne sont autres que les retraités. Tout du moins une bonne partie (8 millions de personnes rappelle Le Figaro). Lesquels ne devraient, en effet, pas bénéficier de la baisse des cotisations salariales.

En vidéo - L'effet salaire net a fait pschitt