Sommaire

Emmanuel Macron va-t-il vraiment écraser toute concurrence ?

L'autre grosse erreur des conseillers d'Emmanuel Macron, estime Christophe Bouillaud, c'est de penser que le président sera nécessairement réélu. "S'il ne fait presque aucun doute qu'il pourra se présenter à sa propre succession, rien ne permet de penser qu'il écrasera toute concurrence une fois venu le scutin", assène en effet l'enseignant-chercheur. Pour lui, il ne fait aucun doute que l'entourage du chef de l'Etat a "du mal à envisager une potentielle défaite".

"Penser d'Emmanuel Macron qu'il sera forcément réélu, c'est partir du principe que la droite comme la gauche seront incapable de faire l'union autour d'un candidat. Or, rappelons-le : d'ici à l'élection présidentielle, il reste deux ans et - surtout - les élections régionales. La situation n'a rien de statique. Selon les résultats qu'afficheront Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand, tout pourrait changer du tout au tout", rappelle-t-il d'ailleurs.

"A gauche aussi, on voit des signes d'union potentielle. Jean-Luc Mélenchon accepte de rencontrer d'autres figures politiques, Yannick Jadot descend doucement de son piédestal… Il ne faut pas négliger cette possibilité, même si elle émane davantage de la base militante que des cadres des partis", note encore le chercheur en sciences politiques. "Cette obsession pour 2022 ne me semble pas anodine", poursuit-il ensuite, non sans rappeler l'âge des dirigeants en place. "Ils ont peur des représailles après la, perte du pouvoir. Ils sont encore jeunes", insiste le professeur qui voit là les marques d'un manque de confiance certain, en matière de politique. "Aller chercher des idées aux Etats-Unis, c'est partir en quête d'un modèle parce que l'on en a plu. C'est révélateur", conclut-il.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.