De plus en plus de couples finissent par se dire "non". Mais se séparer est un luxe que tous ne peuvent pas forcément se permettre…
IllustrationIstock

Combien coûte réellement un divorce ?

En France, plus d’un tiers des mariages finissent par un divorce. Dans certaines grandes villes, c’est près d’une union sur deux qui finit par une séparation. Et les retraités sont tout aussi concernés que les actifs, comme l’a déjà expliqué Planet.

A lire aussi : Intimité, adultère, retraite : pourquoi les seniors divorcent plus

Toutefois, divorcer n’est pas sans coût et ce dernier peut être très compliqué à assumer pour certains couples, rappelle le site d’information Dossier Familial. Entre les honoraires d’avocats, les frais de notaires et les éventuelles sommes à régler entre ex-conjoints, le prix d’une séparation peut rapidement grimper à plusieurs milliers d’euros.

En moyenne, un divorce à l’amiable pourrait vous coûter entre 1000 et 4000 euros, estime le site d’information. Pour un divorce conflictuel, comptez plutôt entre 2000 et 8000 euros. Auxquels s’ajoutent évidemment les 50,40 euros TTC de frais d’enregistrement de la convention de divorce par votre notaire.

Il faut également prendre en compte les éventuels frais de liquidation et de partage du régime matrimonial, si vous possédez un ou des biens immobiliers. Auquel cas, le notaire interviendra obligatoirement. Le coût de cette intervention, impôts et démarches compris, correspond à 2,5% de la valeur brute desdits biens. S’y ajoutent ensuite les émoluments du notaire.

Divorcer après la retraite : un impact spécial sur les seniors ?

Choisir de se séparer des années après s’être dit "oui", à l’heure de la retraite, n’est pas un choix sans conséquence. Si, en théorie, le coût de l’opération n’est pas plus élevé pour un couple senior que pour un couple plus jeune, les retraités font toutefois face à d’autres contraintes.

Même avec une retraite confortable, le divorce entraîne mécaniquement une baisse de revenus rappelle L’Express. En effet, entre la nécessité de trouver un nouveau logement, de racheter l’équipement laissé a votre conjoint(e) et l’absence de mise en commun des ressources, votre pouvoir d’achat ne peut que baisser.

Par ailleurs, poursuit l’hebdomadaire, un divorce aura nécessairement un impact sur la pension de réversion que vous êtes susceptible de toucher. Vous y aurez peut-être accès, tout dépend des régimes et de votre situation. Elle doit en effet répondre à une ou plusieurs conditions : absence de remariage, âge, ressources… Idem pour les contrats d’épargne ou de prévoyance. Vous pourriez très bien ne plus bénéficier des capitaux en compte, puisque le divorce implique régulièrement un changement de clause bénéficiaire sur le contrat.

Vous souhaitez faire une reconversion ? Vous souhaitez changer de métier ? Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé : 100% pris en charge par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.