Effectif depuis mardi 17 mars à midi, le maintien à domicile de la population française n'est pas toujours bien compris. Au lendemain d'une première journée marquée par plusieurs couacs, policiers et gendarmes ont l'intention de durcir le ton.
Confinement total en France : policiers et gendarmes vont être moins indulgentsAFP

Annoncé lundi soir par Emmanuel Macron, le confinement de la population française a démarré mardi 17 mars à midi. Depuis cette heure précise, toutes les personnes résidant sur le territoire sont appelées à rester chez elles pour éviter la propagation du Covid-19. Ainsi, les déplacements doivent se limiter au strict nécessaire (ravitaillement, travail, assistance aux plus fragiles, petite promenade pour s’aérer, etc) et toutes les personnes qui s’aventurent dans la rue doivent se munir d’une attestation sur l’honneur, téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur.

Pourtant, de nombreux automobilistes et promeneurs croisés par les forces de l’ordre n’en étaient pas en possession mardi. Entre incompréhension des nouvelles règles en vigueur, impossibilité d’imprimer l’attestation (celle-ci peut pourtant être écrit à la main, à défaut d’être imprimée) ou encore ignorance totale de ce qui a été annoncé par le chef de l’Etat, les excuses étaient nombreuses et variées.

"Demain, les justifications vaseuses, c’est terminé"

Tolérantes, les forces de l’ordre ont joué la carte de l’indulgence. Avec patience, elles ont en effet répondu aux nombreuses interrogations des personnes croisées et se sont montrées tolérantes avec la plupart des badauds qui ne respectaient pas les règles récemment instaurées. "Aujourd’hui, il n’est pas question de verbaliser mais de faire preuve de pédagogie", a ainsi confié mardi au Parisien Jacques Rigon, le chef du 2 e district de Paris. Et celui-ci de prévenir ensuite que la donne ne sera pas la même le lendemain : "En revanche, dès demain (ndlr, mercredi), les justifications vaseuses, c’est terminé".

Le point sur ce que les forces de l’ordre vont alors mettre en place.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.