La situation épidémiologique n'a de cesse de se dégrader. Pourtant, certains départements s'en sortent mieux que d'autres, tant et si bien que l'exécutif n'a pas jugé nécessaire de les soumettre eux aussi au couvre-feu. La liste.
Ces départements qui échappent encore au couvre-feu

"Le mois de novembre sera éprouvant", avait affirmé Jean Castex, ce jeudi 22 octobre, avant d’annoncer l’extension du couvre-feu à quelques 54 départements au total. A Paris comme à Marseille, par exemple, les consignes sont simples : plus personne dehors à compter de 21h ; et ce jusqu’à 6 heures du matin. Dorénavant, plus de 40 millions de Françaises et de Français sont concernés, ainsi que l’a déjà expliqué Planet.

Une décision qui n’a rien de surprenant, souligne Le Monde : elle vient répondre "à une situation de plus en plus préoccupantes dans les hôpitaux". Le fait est que la crise sanitaire se fait plus violente et cela inquiète les autorités sanitaires au moins autant que les autorités politiques.

Quels sont les départements qui ont encore le droit à une vie nocturne ?

Pour autant, cela ne signifie pas que tous les départements soient désormais condamnés au couvre-feu. En vérité, dans quarante-deux d’entre eux il est toujours possible de se voir en soirée, après le travail. La nuit n’est pas morte partout en France ; quand bien même il n’est toujours pas recommandé de faire la fête ou de se réunir en nombre.

Certains de ces départements épargnés comptent aussi moins de morts, depuis le début de la pandémie, que tous les autres. Le détail dans notre diaporama.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.