Alexandra de Taddeo et les vidéos de Benjamin Griveaux : "c’était une mesure de protection"

Calme et posée, Alexandra de Taddeo continue de se confier face à la caméra, et justifie le fait d’avoir conservé les vidéos intimes qu’elle avait reçues de la part de son ex-amant. "Parce qu’il est important de garder une trace du fait que c’était lui qui me sollicitait principalement, déclare-t-elle. C’était une mesure de protection". Des éléments déjà avancés lors de sa garde à vue.

Tout comme elle l’avait déjà fait devant les enquêteurs, la jeune femme a ensuite nié tout implication dans la diffusion de ses images. "Non bien sûr", répond-elle du tac au tac lorsqu’on le lui demande. Reconnaissant avoir été au courant du projet de site "pornopolitique" de Piort Pavlenski, l’étudiante en droit assure : "Au moment de la diffusion, il m'a montré l'article (révélant les vidéos, NDLR), à ce moment-là, j'étais en colère évidemment", mais "j'ai compris la démarche et c'est pour ça que j'ai dit à Piotr: 'OK, tu as fait ça, je continue de te soutenir...'"

Deux semaines après l’éclatement de l’affaire dite Griveaux, Alexandra de Taddeo ne comprend toujours pas comment toute cette histoire a pu prendre une telle ampleur. "Ça reste qu'une histoire de photos, de pornographie, on en voit tous les jours... Tout ce qu'il y a eu autour de cette affaire me paraît disproportionné", conclut-elle.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.