Sommaire

Budget sécu : les familles de nouveau à contribution

Lors des nombreux débats attendus, la sous-indexation des allocations familiales. Elles ne seront revalorisées que de 0,3 % en 2019, loin des 1,3 % d'inflation prévue. La droite tient ici à défendre les ménages.

Gilles Lurton, député Les Républicains, a d’ailleurs réagi à ce sujet : "C'est la première fois que cela arrive. Cette désindexation va rapporter 260 millions d'euros à la Sécu sur le dos des familles, qui servent de variable à la politique budgétaire du gouvernement. C'est une vraie perte de pouvoir d'achat, qui se cumule avec tous les coups de rabots précédents." Il indique également qu’"au total, en six ans, le gouvernement a économisé 480 millions sur le dos des familles", en évoquant l’abaissement du quotient familial et la modulation des allocations familiales en fonction des ressources.

D’un autre côté, Olivier Véran (LaRem), affirme que la hausse des allocations serait ramenée à 5 euros, au lieu de 14 euros par an. "En revanche, on ne touche pas aux plafonds de ressources pour l'ensemble des prestations familiales. Et nous augmentons le complément de garde de plusieurs dizaines d'euros par mois pour permettre aux mères isolées de reprendre plus vite leur emploi", soutient-il. Le gouvernement a en effet décidé de concentrer ses efforts sur les foyers monoparentaux.

Par ailleurs, le congé paternité, pris par seulement 3% des pères et considéré comme « un échec total » par Gilles Lurton, serait "abandonné au profit d'un congé parental plus court et mieux rémunéré".

Autre divergence, le versement de la prime de naissance. La droite veut le rétablir au 7e mois de grossesse. Mais Olivier Véran s’y oppose : "La mesure coûte 210 millions d'euros, on ne les a pas", coupe Olivier Véran.

Vous souhaitez faire une reconversion ? Vous souhaitez changer de métier ? Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé : 100% pris en charge par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.