Selon une étude, l'hiver 2020 pourrait être particulièrement froid. Ce constat est-il fiable ou alarmiste ?

Une étude menée pour le Met office, le service météo britannique, et relayée par le Sunday Times et entre autres le site Breizh-Info, affirme que l’hiver 2020 pourrait être particulièrement froid. Celle-ci va même jusqu’à parler de l’hiver le plus froid de la décennie. Le rapport, intitulé Prévision de long terme de l’oscillation nord Atlantique et de la météo britannique en janvier-février 2019, réalisée par des scientifiques de l’University College of London, fait état d’un vent violent de Nord-Est qui devrait glacer l’Europe les mois de janvier et février 2020. Son nom : la bête de l’Est.

Plus communément appelé “Le Paris-Moscou”, la bête de l’Est avait déjà traversé le continent européen durant l’hiver 2018-2019. Ce phénomène est décrit par le Met Office comme “des conditions froides et hivernales, résultantes de vents” de basse température venus de Sibérie.

Températures hivernales : record de froid en perspective ?

En 2018-2019, le Paris-Moscou avait provoqué des épisodes neigeux et causé la mort de plusieurs dizaines de personnes, rapporte Le Monde. À Londres, la température était descendue jusqu’à -6°C, et jusqu’à -14°C en Écosse. Plusieurs chantiers avaient dû être mis à l’arrêt durant la période de froid. Les transports en commun avaient également été perturbés.

Or, l’article de Breizhinfo est assez alarmiste, et comprend certaines contre-vérités. En effet, l’étude britannique, ne cite la Bête de l’Est qu’à titre d’exemple pour parler du froid hivernal. De plus le document évoque la Grande-Bretagne, et non la Bretagne française comme l’affirme Breizhinfo (site régionaliste breton, rangé à l’extrême droite), note le quotidien du soir.

Le rapport ne fait d’ailleurs jamais mention de "l'hiver le plus froid depuis trente ans". Selon le document, il y aurait 57% de chance que les mois de janvier et février 2020 soient en moyenne, les plus froids depuis 2013, en Grande-Bretagne.

Interrogée par Planet, Lauriane Batté, responsable d’équipe pour les prévisions saisonnières au Centre national de recherches météorologiques (CNRM) - Météo-France, nous confie que "cette prévision statistique annonce effectivement pour le Royaume-Uni la possibilité d'un hiver plus froid de 0,5°C que la moyenne de 1981-2010, valeur qui situerait cette saison comme la plus froide depuis 2013". 

En revanche, "les scientifiques à l'origine de l'étude communiquent également les résultats de leur étude sous forme de probabilités", note-t-elle.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.