Le verdict est tombé. Bernard Tapie a été relaxé dans l'affaire Adidas-Crédit Lyonnais. S'il récupère une petite fortune, cela risque de ne pas être suffisant pour rembourser ses dettes.

Bien que soulagé, ses déboires judicaires sont loin d’être terminés. Soupçonné d’escroquerie et de détournement de fonds dans l’affaire du Crédit Lyonnais et de la revente d’Adidas, Bernard Tapie a été relaxé ce mardi 9 juillet. Un arbitrage supposé frauduleux, par lequel il aurait empoché 404 millions d'euros en 2008 au terme de son litige avec le groupe bancaire, lui était reproché. De par cette relaxe, toutes les saisies judiciaires effectuées pendant l’enquête, ont également été levées par le tribunal correctionnel de Paris. Selon Les Echos, l’homme d’affaires récupère ainsi plusieurs biens :

  • sa luxueuse villa à Saint-Tropez d’une valeur de 48 millions d’euros
  • divers contrats d’assurance vie estimés à 20 millions d’euros
  • des liquidités appartenant au groupe Bernard Tapie (GBT) pour plus de 100 millions d’euros

Soit 168 millions au total.

Bernard Tapie : "mon cancer vient d’en prendre un sale coup dans la gueule"

Soulagé, c’est en homme libre qu’il s’est confié au quotidien régional La Provence, dont il est, rappelons-le, le principal actionnaire.

"Je n’ai qu’une seule réflexion : mon cancer vient d’en prendre un sale coup dans la gueule. C’est bien la preuve qu’il faut toujours, toujours, se battre jusqu’au bout. Dans un pays qui ne se résout décidément pas à être la Corée du Nord, on finit toujours par tomber sur des magistrats qui pensent à faire le droit plutôt qu'à faire leur carrière", a déclaré l’ancien propriétaire de l’Olympique de Marseille qui suit actuellement une chimiothérapie à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.