IllustrationAdobe Stock
Comme chaque année, de nombreux escroc s'en prennent à votre portefeuille à la fin de l'été. Méfiez-vous de leurs combines, souvent bien rodées.

Les arnaques aux impôts : phishing, vishing...

Phishing, vishing… Les arnaqueurs ne manquent pas d’outil pour chercher à vous escroquer. Cet été, ils étaient nombreux à se faire passer pour la Direction générale des finances publiques (DGFIP), des travailleurs associés à l’Urssaf ou à l’agence de la Sécurité sociale des indépendants.

A lire aussi : Électricité, gaz : deux grandes marques vous ont peut-être arnaqué

Publicité

D’une façon générale, ces usurpateurs cherchent à obtenir de vous des coordonnées bancaires, qu’ils pourront ensuite utiliser à votre insu ou revendre. Deux types de hameçonnage se distinguent régulièrement : par mail ou par téléphone. Les escrocs qui se font passer pour la DGFIP envoient à leurs victimes un courrier expliquant que leur "remboursement est prêt", rapporte Planet. Ils font miroiter un gain potentiel pouvant monter jusqu’à 300 euros. Toutefois, il vous faudra renseigner vos coordonnées bancaires pour le percevoir…

Même schéma par téléphone : les voleurs demandent à leurs interlocuteurs de leur confier leurs coordonnées bancaires, se présentant comme un agent de l’Ursaff ou de la Sécurité sociale des indépendants. Ces organismes ont d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme : ils ont déclaré ne jamais solliciter leurs cotisants par téléphone "afin d’obtenir leurs coordonnées bancaires", rappelle Planet.