Ah... Une bonne grève

On pensait que Macron était capable de tous les miracles. Et que les bonnes vieilles grèves qui plombent les journées des usagers des transports en commun faisaient déjà partie du monde d'avant. Mais en fait, non.

LA PREMIÈRE ÉPREUVE

La grève des fonctionnaires et des cheminots va être suivie de près. C'est la première grande épreuve sociale de Macron et elle donnera le ton des prochaines grèves, notamment de la SNCF. Première réelle épreuve pour Macron, mais test également pour les syndicats qui tentent désespérément de rebondir depuis les élections. Bon courage à ceux qui sont touchés.

LE TTSO DE LA SEMAINE

Le contre-pari (rien ne va plus). C'est le plan de Macron. Le Canard Enchaîné révèle mercredi que le PR a expliqué "en petit comité" le vrai motif de son recours aux ordonnances pour réformer la SNCF : "les grèves durent pendant tout le temps du débat parlementaire", avec la procédure normale "on en aurait eu pour 6 mois de bordel (...) là ça sera au plus 2 mois, car, généralement, quand le texte est adopté, les grèves s'arrêtent". Pour sa première grève, le PR aura-t-il la chance du débutant ? Toujours selon la même source, l'exécutif est même encore plus optimiste et, doutant de la mobilisation syndicale, prévoit "pas plus de 15 jours, 3 semaines" de grève. Ce qui peut suffire. N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

IL A PARLÉ

Il a attendu. 4 jours. Tout le monde voulait connaître sa réaction. Marc Zuckerberg s'est exprimé mercredi. Sur Facebook évidemment. Il a tout de même admis qu'ils avaient fait des erreurs mais s'est empressé d'ajouter que toutes les mesures ont été prises pour que ce qui s'est passé ne se reproduise pas. Mais il a promis de continuer à améliorer les protections et à mener une enquête approfondie sur l'affaire Cambridge Analytica. Pas sûr que cela suffise à calmer les autorités américaines, britanniques et européennes.

LA PREMIÈRE RÉUNION DE LA FED SOUS JAY POWELL

La hausse des taux de mercredi était largement anticipée. Mais les marchés, surtout le marché des changes, ont retenu comme élément principal qu'il ne devrait y avoir que trois hausses des taux d'intérêt cette année alors qu'on commençait depuis quelques semaines à en anticiper 4. 3 hausses de taux seulement malgré un diagnostic très positif sur l'économie américaine Un des éléments passionnants de ces réunions de banques centrales, c'est qu'on a une photographie de l'économie américaine avec des données de terrain. Et le verdict est sans appel. Pour la Fed, l'économie américaine va très bien, presque trop bien. Les taux de croissance ont été évidemment révisés à la hausse. Mais ce qui est à noter c'est que la banque centrale pense que les effets de la politique de relance de Trump se feront sentir graduellement sur les années à venir et en particulier en 2019 et 2020, pas uniquement en 2018, d'où les indications d'un rythme de hausses de taux assez soutenu mais en 2019 et 2020.

PREMIER TEST POUR POWELL

Powell a résumé en une phrase la situation de l'économie américaine : "L'emploi est robuste, l'économie continue de croître et l'inflation se rapproche de l'objectif à long terme des 2%". Est-ce qu'il a réussi son examen de passage pour sa première réunion ? Oui. Largement. En fait il a fait du Janet Yellen. En jouant tout d'abord sur une transparence totale, une transparence dont il dit qu'il veut même encore accroître dans les mois qui viennent. D'autre part, il a conservé l'approche graduelle de la précédente patronne de la FED. Remonter les taux oui, mais graduellement, sans précipitation. Il fait cependant un pari. Le pari que l'économie va continuer à croître, mais sans accélération brusque, et le pari qu'il n'y aura pas de dérapage de l'inflation. Si ce n'est pas le cas, la FED risque de se retrouver en retard sur les hausses des taux. Mais ça c'est une autre histoire.

LA PRUDENCE ALLEMANDE

Avant le meeting des leaders de l'Union Européenne, l'Allemagne s'est montrée prudente. Elle a émis quelques réserves sur le projet de taxation sur le chiffre d'affaires des géants de la tech. Et souhaite privilégier le dialogue plutôt que l'affrontement avec les États-Unis pour répondre aux mesures protectionnistes de Trump. On commence à reculer avant d'avoir vraiment avancé. Dommage.

LE RECORD DU JOUR

Les fusions et acquisitions dans le monde. On vient de passer un total déjà de 1000 milliards de dollars de deals. Du jamais vu. Même avant la crise. Du fait de quelques méga-deals mais également grâce au "carburant" de la réduction des impôts aux États-Unis. Impressionnant.

SARKOZY SUITE

Il a été mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne et recel de fonds libyens" et il a été mis sous contrôle judiciaire.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Les marchés américains ont cédé du terrain en fin de séance après les annonces de la Fed et d'une prochaine hausse des taux. Le Dow Jones clôture en repli de 0,18% après avoir gagné 1% en cours de séance, le Nasdaq cède 0,26% tandis que le S&P 500 redonne 0,18% à 2711,91 points. Le 10 ans américain pointe en hausse à 2,895%, après un plus haut de près d'un mois en séance à 2,94%. Le dollar ne profite pas des tensions obligataires et des futures hausses de taux programmées, toujours pénalisé par les tensions entre les États-Unis et la Chine sur le terrain commercial. L'euro/dollar se traite à 1,2355 dollar. À Tokyo, le Nikkei bondit de son coté de 0,99% profitant de rachats à bon compte et pour sa reprise de cotation après un jour férié au Japon. Et n'oubliez pas ce soir notre conférence à l'agence parisienne pour tout ceux qui veulent débuter en Bourse et savoir comment sélectionner les meilleurs investissements boursiers et les produits dérivés. Je m'inscris à la soirée d'initiation à la Bourse et aux produits dérivés.

ON S'EN FOUT ?

Les Français passent 2h et 11 minutes chaque jour à boire et à manger, c'est 1h36 en Allemagne et 1h18 au Royaume-Uni (Challenges) ; Un boucher gagne en moyenne 30 400 euros nets par an, un boulanger 25 300, l'artisan le mieux payé est l'entrepreneur de travaux publics (Aujourd'hui) ; Bigard va faire la dernière tournée de sa carrière, no comment ; Il y a 6 candidats à la présidence de Radio France ; J'espère que le froid c'est fini pour cette année ; Étonnant : le nombre d'hôtels est en baisse en 2017 à 17,728 avec 819 fermetures (Le Figaro) ; Le 9ème candidat à la présidence du Medef est... une candidate, Dominique Carlac'h, chef d'entreprise; Le gouvernement écarte toute modification du quotient familial.

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 22/03/2018.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet