Ce 30 juin 2011, nous fêtons le 20e anniversaire de l'abolition de l'Apartheid en Afrique du Sud. Quelles ont été les grandes étapes de cette période ? Quelles étaient les lois les plus ségrégationnistes ? Qui sont ces personnalités célèbres issues de cette nouvelle Afrique du Sud ? Les explications de Planet.fr
20e anniversaire de l’abolition de l’Apartheidmaxppp
Sommaire

Les grandes étapes de l’Apartheid

Les grandes étapes de l'Apartheid© Creative Commons-    1910 : Les premières lois ségrégationnistes sont créées. Les colonies britanniques établissent le "Colour Bar" visant à réglementer les relations entre les "races".

-    1917 : Le mot "Apartheid" est utilisé pour la première fois dans un discours de Jan Smuts, futur Premier ministre d’Afrique du Sud. Le mot Apartheid signifie "tenir à l’écart" en afrikaans, la langue des blancs d’Afrique du Sud, issus d’immigrants européens arrivés dès 1652.

-    1922 : Des mineurs blancs se révoltent face à l’embauche de personnes noires pour des postes à responsabilités. Une grève s’enclenche alors, engendrant des émeutes qui feront 200 morts.

-    1924 : Le National Party prend la tête de l’Afrique du Sud en proposant de défendre les intérêts des afrikaners (blancs) et en durcissant la ségrégation.

-    1948 : Le National Party souhaite un renforcement des lois de ségrégation. C’est le début officiel de l’Apartheid, même si des lois ségrégationnistes ont déjà été promulguées avant cette date.

-    1958 : Hendrick Verwoerd, nouveau Premier ministre, renforce l’Apartheid et décide de créer des réserves où il désire regrouper les noirs, nommées les Bantoustans (seulement 13% du territoire national pour accueillir 67% de la population).

-    1961 : Le Commonwealth n’approuve pas du tout l’Apartheid et décide de rejeter la République sud-africaine.

-    1964 : Plusieurs membres de l’ANC (African National Congress) sont arrêtés après des attentats terroristes contre l’Apartheid et condamnés à la prison à vie, dont Nelson Mandela. La même année, des sanctions internationales sont imposées à l’Afrique du Sud par les Nations Unies.

-    1973 : Les Nations Unies qualifient l’Apartheid sud-africain de crime contre l’humanité.

-    1983 : L’Apartheid s’assouplit légèrement pour les seuls indiens et métis. Ils peuvent désormais voter, mais pour des institutions différentes, et avec moins de pouvoirs, de celles de blancs.

-    1986 : L’Apartheid s’assouplit aussi pour les noirs. Ils peuvent désormais se déplacer librement.

-    1989 : Le nouveau président d’Afrique du Sud Frederik de Klerk entame des négociations avec le groupe ANC.

-    1990 : Les lois ségrégationnistes de l’Apartheid sont annulées et Nelson Mandela est libéré le 11 février, après 27 ans de prison.

-    1991 : L’Apartheid est officiellement aboli, et les négociations commencent pour créer une nouvelle Constitution et élire un gouvernement multiracial.

-    1992 : Un référendum démontre que 68% des blancs d’Afrique du Sud sont d’accord avec les changements et les réformes.

-    1994 : Les Nations Unies décident de mettre fin aux sanctions internationales. Les premières élections présidentielles multiraciales sont organisées, et Nelson Mandela est élu le 27 avril.

-    1995 : L’Afrique du Sud accueille la Coupe du Monde de Rugby et l’équipe nationale, les Springbocks, longtemps représentatifs de l’Apartheid sud-africain, remporte le titre devant le président Nelson Mandela. Tout un symbole...

© MaxPPP

Les principales lois ségrégationnistes

Les principales lois ségrégationnistes© Creative Commons1913 : Loi sur les propriétés foncières. Les noirs ne peuvent être propriétaires de territoires se trouvant en dehors des réserves (7,8% en 1913, 13% en 1936).

1936 : Abrogation de la loi sur la représentation des indigènes. Les noirs vivant dans la province du Cap n’ont plus le droit de vote.

1949 : Interdiction des mariages mixtes (entre blancs et non-blancs).

1950 : - Pénalisation des relations sexuelles entre les blancs et les non-blancs. -    Classification de la population selon la race des individus (blancs, noirs, indiens et métis)-    Suppression du communisme (le gouvernement pouvait interdire les partis politiques qu’il considérait communistes). -    Habitation séparée (répartition géographique des zones d’habitation par races).

1952 : Loi sur les "Laissez-passer". Tous les noirs de plus de 16 ans doivent disposer de ce document indiquant dans quelles zones ils ont le droit de se déplacer.

1953 : - Commodités publiques distinctes (les toilettes, les fontaines et les aménagements publics ne sont pas les mêmes pour les blancs et les autres).-    Les noirs n’ont plus le droit de faire grève, ni de résister passivement.

1954 : Relocalisation des indigènes (les populations noires qui vivent dans les zones d’habitation réservées aux blancs peuvent être délocalisées).

1956 : Loi sur le travail et les mines. La discrimination raciale au travail est officialisée.

1959 : Loi sur la promotion de gouvernements noirs autonomes. Cette loi a permis la création des Bantoustans, où étaient parqués les noirs.

1970 : Loi de citoyenneté des noirs des Bantoustans. Les noirs vivant dans les Bantoustans perdent la nationalité sud-africaine, puisqu’ils appartiennent à un gouvernement autonome.

© MaxPPP

Ces sud-africains célèbres

Ces sud-africains célèbres© Creative CommonsQuelques personnalités sud-africaines se sont fait connaître grâce ou après l’Apartheid.

-    Nelson Mandela : L’une des figures historiques de la lutte contre l’Apartheid. Il a été emprisonné pendant 27 ans, de 1964 à 1990. En 1994, il est élu président d’Afrique du Sud avec une large majorité de voix.

-    Charlize Theron : Actrice et ancienne mannequin sud-africaine, née en 1975, en plein milieu de l’Apartheid. Elle est aujourd’hui mondialement connue pour avoir reçu l’Oscar en 2003 pour le rôle principal féminin du film Monster. Elle possède aujourd’hui la double nationalité, américaine et sud-africaine.

-    Charlene Wittstock : Ancienne nageuse sud-africaine, et future Princesse de Monaco. Charlene Wittstock, née en 1978, va en effet épouser ce 2 juillet le prince Albert II de Monaco, et succèdera à Grace Kelly au titre de Princesse de Monaco.

Nelson Mandela, Charlize Theron, Charlène Wittstock © MaxPPP

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.