Sommaire

Ses déboires avec la justice

Ses déboires avec la justice

Jacques Cheminade n’est pas inconnu des tribunaux. Il est impliqué dans plusieurs affaires, l’une des plus importantes remonte à 1987. Jacques Cheminade est accusé d’avoir poussé Mme Pazéry, une dame atteinte de la maladie d'Alzheimer, à donner 1 197 000 Francs (plus de 182 000 euros) à des associations dont il est responsable. En 1992, Jacques Cheminade est condamné à 15 mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve durant trois ans.

En 1989, alors qu’il dirige la liste du Rassemblement pour une France libre lors les élections européennes, Jacques Cheminade est assigné par Mylène Farmer. L’affiche de campagne représente en effet une photo de la chanteuse avec les yeux révulsés accompagnée du texte : "Ils promeuvent la laideur et la drogue : Non à la sous culture des médias !". Ce que la chanteuse n'a guère apprécié. L’affiche a été retirée.

Enfin, en 1995, ses comptes de campagne ont été invalidés car le candidat aurait récolté 1,7 million de francs de prêts sans intérêts. Des dons déguisés donc, qui "constituent pour le candidat un avantage", selon le Conseil constitutionnel. Jacques Cheminade a donc été contraint de rembourser le million de francs accordé par l'État pour les frais de campagne. 

Ses biens ont été saisis. Il doit encore aujourd’hui 170 000 euros.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Thématiques élections: 

  • DELINQUANCE
  • ECOLOGIE
  • EDUCATION
  • EMPLOI-ENTREPRISES
  • ENDETTEMENT
  • EUROPE
  • IMMIGRATION
  • IMPOTS
  • INTERNATIONAL
  • LAICITE
  • SANTE
  • TERRORISME