Dans "Vivement dimanche prochain" ce dimanche 5 juillet, Lisa Azuelos et Debora Kahn-Sriber reviennent sur le traumatisme de la vie de leur mère Marie Laforêt, victime d'un pédophile.
VIDÉO - Marie Laforêt victime d'un pédophile à 3 ans : ses filles racontent

Un traumatisme ressurgi tardivement. Marie Laforêt, décédée en novembre, s'est souvenue du viol qu'elle a subi de la part de son voisin à l'âge de trois ans, 58 ans plus tard. Dans Vivement dimanche prochain sur France 2 ce dimanche 5 juillet, ses filles Lisa Azuelos et Debora Kahn-Sriber reviennent sur l'impact que cette épreuve a eu sur l'actrice et chanteuse torturée.

"Elle avait 3 ans donc c'est vraiment tout petit, mais de toute façon sur la pédophilie on est jamais assez grand", fait d'abord remarquer Lisa Azuelos, réalisatrice, avant que Michel Drucker ne précise qu'à l'époque "on n'en parlait pas comme maintenant". Debora Kahn-Sriber, cadette de l'actrice, ajoute qu'elle a "refoulé" ce souvenir. "Ça lui est remonté d'un coup et ça lui a rééclairé une partie de sa vie, tout un trauma", commente sa sœur aînée.

"Tant de mal à recevoir les applaudissements"

Une mauvaise expérience qui a joué un rôle dans les choix de Marie Laforêt. "C'est peut-être pour ça aussi qu'elle avait tant de mal à recevoir les applaudissements, etc., pense Lisa Azuelos. Quand on est victime de pédophilie, l'amour est très collé avec une violence, et pour elle peut-être que ces témoignages d'amour étaient aussi une violence. Ça l'a privée un peu du sucre ou du sel de ce métier parce qu'elle était vraiment extraordinaire sur scène."

Interrogée en 1998, Marie Laforêt a confié qu'elle a "revécu la scène d'un coup" et qu'elle a pleuré pendant trois...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !