Invitée à réagir sur la proposition de taxe Jean Valjean évoquée dans le discours de Vincent Lindon, Julia de Funès s'est exprimée en défaveur d'un retour de l'ISF. Lorsque Thomas Sotto a rappelé qu'elle était membre du Medef, la philosophe l'a renvoyé dans les cordes.
VIDEO - La philosophe Julia de Funès remet à sa place Thomas Sotto

Le retour de l’ISF, Julia de Funès est contre. Invitée, ce jeudi 4 juin, sur le plateau de l’émission Vous avez la parole, sur France 2, la petite fille de Louis de Funès décrit la volonté de réinstaurer l’impôt de solidarité sur la fortune comme le symptôme d’un pays "lourd d’idéologie bienpensante". "On va préciser que vous êtes membre du comité Renaissance Medef", avance Thomas Sotto, qui ne s’attend pas à vivre un renvoi dans les cordes. "Et alors, répond la philosophe, qu’est-ce que ça change ?"

Quand le présentateur tente d’expliquer que ce statut permet de comprendre sa position, elle s’en défend : "Pas du tout, je peux être de gauche très moralement et de droite pour certaines choses. Vous voulez me mettre dans des étiquettes, c’est faux."

Concernant l’ISF, Julia de Funès assume ses facettes libérales : "Sur l’ISF, c’est plus qu’un symbole, ça devient un TOC. Tous les trois/quatre mois, on ressort l’ISF. Quand il y a un problème social, les gilets jaunes : ISF ; problème sanitaire : ISF ; problème économique : ISF. ISF, c’est la carte Joker. C’est pour moi un symptôme qui se prend pour un remède."

"Il y a des pays qui ont la taxe Jean Valjean, il y a des pays qui ont SpaceX"

Réagissant au discours de Vincent Lindon préconisant une taxe Jean Valjean, pour soutenir les plus démunis, Julia de Funès persiste et signe "Il y a des pays qui ont la taxe Jean Valjean, il y a des pays qui ont SpaceX [une...