Dans une interview organisée ce 19 mai, le présentateur phare de BFM TV, Thomas Miraschi a dénoncé l'attitude de Hubert Julien-Laferrière. Le porte-parole d'Ecologie, Démocratie et Solidarité, le nouveau groupe parlementaire créé par d'anciens macronistes, a refusé tout débat lors de sa venue en plateau.
Thomas Misrachi dénonce en direct sur BFM TV les exigences d’un député frondeur de LREM

Alors qu'Emmanuel Macron appelle à l'union nationale en ces temps de déconfinement, son propre parti La République en marche connaît des troubles sans précédents. Ce mardi 19 mai, un groupe de frondeurs a créé officiellement un neuvième parti à l'Assemblée nationale, faisant perdre la majorité absolue à LREM. Baptisé "Ecologie, Démocratie et Solidarité" (EDS), ce groupe, qui se définit comme autonome, a été fondé par d'anciens macronistes, comme Matthieu Orphelin et Aurélien Taché, traité de "petit-garçon pourri-gâté", par l'Elysée. Mais c'est un autre membre du jeune parti qui vient récemment de faire parler de lui : Hubert Julien-Laferrière. Le député du Rhône, porte-parole d'EDS, était l'invité du journaliste Thomas Miraschi, sur BFM TV, ce mardi matin.

Et le moins que l'on puisse dire est que le présentateur phare de la chaîne d'informations en continu a été agacé par les exigences de l'élu local. En effet, Hubert Julien-Laferrière a imposé ses conditions pour garantir sa venue sur le plateau de télévision, comme l'a précisé Thomas Miraschi aux téléspectateurs, avant de démarrer l'interview politique. Il a ainsi dénoncé en direct : "Pour être transparent avec nos téléspectateurs, vous avez posé des conditions pour être ici ce matin. Ce qui est plutôt inhabituel, il faut le dire : une dizaine de minutes d'interview, pas de débat , nous avons accepté, vous êtes là."

"Ni d'opposition, ni de majorité", ce...