Alors que la pandémie de coronavirus est plus virulente que jamais, les petits conflits et ambitions politiques ne sont pas pour autant en veille, et la rancune se partage au cynisme quand il est question de la future présidentielle de 2022 entre les potentiels futurs candidats. Surtout quand ceux-là sont Ségolène Royal et François Hollande.
Ségolène Royal ne croit pas aux chances de François Hollande en 2022... mais aux siennes, oui !

De socialiste pure et dure, Ségolène Royal serait-elle en train de devenir populiste (et de voler ainsi la vedette à Jean-Luc Mélenchon sur son propre terrain d'expression) ? C'est en tout cas ce que l'on est en droit de penser quand on voit la stratégie que l'ancienne ministre de François Hollande met en place en vue d'une éventuelle candidature à la présidentielle de 2022, à base de coups bas et de provocations en tout genre évidemment.

L'ancienne candidate à la présidence de 2007 (vaincue au second tour par Nicolas Sarkozy) se rêve donc apparemment candidate - voire mieux - dans deux ans, et dans ce sens, elle ne manque pas une occasion de tirer à boulets rouges sur ses éventuels concurrents. Ainsi, celle qui a récemment créé la polémique à cause de son rôle en tant qu'ambassadrice des Pôles (et qui vient d'apporter son soutien au professeur Raoult) s'en prend dès qu'elle le peut à la politique du président d'Emmanuel Macron (s'imposant comme contre-pouvoir), mais aussi aujourd'hui, à son ancien compagnon François Hollande.

Si pour se préparer à la future campagne présidentielle elle a publié Résilience française (disponible depuis le 4 mars aux éditions de L'Observatoire), elle n'en oublie en effet pas pour autant d'envoyer des piques à ses potentiels rivaux. Et quand il est question d'ambition politique, peu importe le passé, que François Hollande soit le père de ses quatre enfants ou qu'il l'ait nommée ministre de...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef