Largement raillée pour sa gestion de la grippe H1N1, Roselyne Bachelot bénéficie aujourd'hui d'un retour en grâce inespéré. Fair-play, l'ancienne ministre de la Santé ne descend pas pour autant le gouvernement actuel en flèche. Étonnamment, et contrairement à beaucoup de ses anciens confrères, la journaliste se montre solidaire de l'exécutif, même si elle s'autorise tout de même quelques "petites vannes", comme elle le confesse à La Montagne.
Roselyne Bachelot, solidaire du gouvernement, s'autorise malgré tout quelques "petites vannes"

Aujourd'hui réhabilitée, Roselyne Bachelot n'est pourtant pas dupe de ce qui l'attend. Victime d'un bashing incroyable pendant plusieurs années, l'ancienne ministre de la Santé n'a pas l'intention d'accabler le gouvernement, cible de nombreuses critiques pour sa gestion de la crise de coronavirus Covid-19. L'ancienne politique avait même pris la défense de l'exécutif suite à son volte-face sur le port de masque. Dans les colonnes de La Montagne, elle explique son attitude, "j’estime que dans ce tsunami que nous vivons, ce cataclysme, les gens qui cassent la confiance ou polémiquent, jouent contre la Nation".

Même s'il lui arrive à l'occasion de "jeter une petite vanne", Roselyne Bachelot croit en l'importance de l'unité nationale. "Il faut que nous mobilisions toutes nos forces. Dans l’état actuel des choses, quoi qu’on pense de ce gouvernement, qu’on ait voté pour lui ou non, qu’on lui fasse des reproches sur tel ou tel dossier… je peux l’entendre… mais là, il faut être solidaires, se serrer les coudes, chacun dans sa fonction", poursuit celle qui ne souhaiterait absolument pas reprendre du service en politique.

"Tout cela est compliqué à mener"

Au début du mois d'avril, l'animatrice avait déjà volé au secours d'Emmanuel Macron auprès de Elle. "Je ne veux pas être dans une sorte de mise en cause du gouvernement actuel. Tout cela est compliqué à mener", avait assuré la journaliste, avant de conclure sur une métaphore, "Gérer une...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef