Dans son livre La confiscation du pouvoir, Rachida Dati loue Nicolas Sarkozy, le premier qui lui a fait confiance et permis de se lancer en politique. Elle estime que l'ancien président de la République a su voir ses qualités.
Rachida Dati seule contre tous : cette phrase de Nicolas Sarkozy qui lui a fait chaud au cœur

Après avoir fait ses preuves au ministère de l’Intérieur puis comme porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la campagne pour l’élection présidentielles, Rachida Dati a été nommée ministre de la Justice. Une entrée fracassante dans le monde de la politique pour cette femme qualifiée de « beurette de banlieue » par ses détracteurs. Aujourd’hui, la maire du VIIe arrondissement se montre éternellement reconnaissante envers celui à qui elle doit sa carrière et profite de son livre, La confiscation du pouvoir, pour le rappeler.

Rachida Dati évoque une anecdote en particulier, lorsque Nicolas Sarkozy a quitté la Place Beauvau pour Bercy et le ministère de l’Economie. Alors qu’elle l’aurait bien suivi, le directeur de cabinet n’a pas cru bon d’en informer Nicolas Sarkozy. Heureusement pour elle, il lui a finalement demandé de l’accompagner dans ses nouvelles fonctions. « Il fait partie des rares personnes qui savent dépasser leurs préjugés, écrit-elle dans son livre. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’une telle acuité humaine ». Rachida Dati ajoute ce que Nicolas Sarkozy disait d’elle à l’époque à tous ceux qui doutaient des compétences de la jeune femme : « Il y a un truc chez elle, elle n’est pas en toc ». Rachida Dati conclut : « Il me voyait telle que j’étais, pas comme une fille qui vient de rien. Il m’a regardée me battre ». C’est avec un regard avisé que l’ancien chef de l’Etat...