Le 12 mars dernier, le journaliste Yves Calvi tenait des propos controversés sur l'hôpital public, qui ont provoqué une levée de boucliers. Dans une interview accordée au Parisien, le présentateur est revenu sur ses paroles malheureux.
"Pleurniche hospitalière" : Yves Calvi "regrette d'avoir pu choquer"

Certaines paroles ne passent pas. En pleine épidémie de coronavirus, les hôpitaux français sont obligés de faire face à un afflux permanent de malades. Manque de moyens, manque d'équipements et parfois même manque de personnel, les établissements de santé ne cessent de dénoncer la pénurie dont ils sont les victimes. Une situation qui n'a pas forcément ému le journaliste Yves Calvi. Dans une séquence mise en exergue sur Twitter ce 4 avril mais diffusée le 12 mars dernier sur LCI, le présentateur de L'Info du vrai avait déclaré face à un sujet d'actualité :"Excusez-moi, je vais choquer tout le monde en disant ça mais la pleurniche permanente hospitalière fait qu'on est en permanence au chevet de notre hôpital".

Des propos qui avaient provoqué une levée de boucliers, notamment chez certains représentants politiques, comme Caroline Fiat, députée de La France insoumise en Meurthe-et-Moselle, qui a renfilé avec sa blouse blanche d'infirmière pour soutenir le personnel soignant. "Monsieur Calvi, allez travailler sans moyen matériel ou humain, en ayant peur d’être infecté ou d’infecter vos patients et pari lancé, vous ne pleurnicherez pas, vous pleurerez et ne resterez pas !!!", avait écrit la parlementaire. L'animateur de radio et de télévision de 60 ans est revenu sur ses paroles malheureuses dans une interview accordée au Parisien.

"C'est inapproprié"

"Je regrette d'avoir pu choquer et j'en suis désolé. C'est une erreur et c'est...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef