Durant la crise sanitaire, Édouard Philippe a toujours tenté d'être mesuré lors de ses prises de parole. Début mai, il a pris l'avantage sur Emmanuel Macron dans un sondage. S'il est apprécié dans l'opinion publique, le Premier ministre affiche une "humilité" à toute épreuve, comme le démontre ELLE dans un portrait qui lui est consacré.
“On est des peine-à-jouir” : Édouard Philippe et son entourage gardent la tête froide

"Ça doit être dur d'être Premier ministre". Ironie du sort, cette phrase a été prononcée par Édouard Philippe en décembre 2015, le soir du second tour des régionales, lorsque celui-ci regardait Manuel Valls s'exprimer à l'antenne de BFMTV. A l'époque, l'actuel locataire n'imaginait pas que le pouvoir allait autant le marquer, lui dont la barbe blanche a récemment trahi les signes de fatigue. Début mai, Édouard Philippe, à qui la crise sanitaire a sans doute plus profité qu'au président de la République, a pris l'avantage sur ce dernier dans un sondage.

Pour autant, alors que les bruits de couloirs évoquent un remaniement à venir, son entourage ne souhaite pas crier victoire. "J'ai appris à connaître le caractère éphémère de tout cela. Ne pas paniquer quand c'est bas, et ne pas s'enthousiasmer quand c'est haut. On tient cela d'Alain Juppé", a confié l'eurodéputé Gilles Boyer, ce vendredi 5 juin, dans les colonnes du magazine ELLE. "Nous, les juppéistes, on est des peine-à-jouir", a affirmé une autre source.

Depuis son arrivée à Matignon, l'ancien maire du Havre est parvenu à se faire un nom et une place, qu'il ne compte pas céder de sitôt. Arrivé en tête au premier tour des municipales (avec 43,6% des voix) dans sa ville, Édouard Philippe se démarque également au sein du gouvernement, à en croire les confidences de Sibeth Ndiaye : "Les Français reconnaissent sa capacité à jouer les chefs d'orchestre dans la gestion de la...