Dans son livre Ce qu'ils ne veulent pas que je dise, Alexandre Benalla raconte l'organisation de l'hommage national à Johnny Hallyday le 9 décembre 2017 à la Madeleine. L'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron fait des révélations sur l'une des propositions pour ces obsèques refusée par l'Elysée.
Obsèques de Johnny Hallyday : cette “option excessive” retoquée par l’Elysée

L'hommage national rendu à Johnny le 9 décembre 2017, quelques jours après sa mort dans la nuit du 5 au 6 décembre à l'âge de 74 ans, interroge encore aujourd'hui. Factures laissées par Laeticia à l'Elysée, coût réel pour l'Etat de cet événement ... : la cérémonie en l'honneur du Taulier à la Madeleine à Paris soulève toujours deux ans après quelques questions. Des questions relancées par le livre d'Alexandre Benalla, Ce qu’ils ne veulent pas que je dise, paru jeudi 7 novembre aux éditions Plon.

Dans cet ouvrage où il relate son temps à l'Elysée, l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron revient sur l'organisation des obsèques de Johnny Hallyday. Après le décès du Taulier, Brigitte Macron se rend avec son équipe auprès de sa veuve à Marnes-la-Coquette. "Nous convenons avec le manager de Johnny qu’il s’occupe de la partie artistique et technique de la cérémonie. Nous, à l’Élysée, du reste" détaille dans son livre Alexandre Benalla. L'hommage national au rockeur sera donc co-organisé par l'Etat, en liaison avec Laeticia : "La machine de l'Elysée s'est mise en branle. Une cellule de crise en est place... Une cinquantaine de personnes travaillent depuis plusieurs heures sur les demandes formulées par la famille et les proches du chanteur."

Une proposition excessive

Le cabinet d'Emmanuel Macron va valider plusieurs propositions afin que cet hommage soit à la hauteur de l'icône de la chanson française : "Prise en charge et envoi...