Ce lundi 2 mars, le concours Miss France en a pris pour son grade… Le Haut Conseil à l'Egalité l'a épinglé dans son "état des lieux du sexisme en France", dénonçant la « dictature de la beauté unique » ainsi que des femmes « enfermées dans des stéréotypes ».
Miss France : pourquoi le concours est dans le collimateur du Haut Conseil à l'égalité femmes-hommes

Une émission « archaïque » qui dégrade l'image de la femme dans notre pays : voici comment Le Haut Conseil à l’Egalité des femmes et des hommes voit le concours Miss France. Dans un rapport publié ce lundi 2 mars 2020, il vient ainsi de publier son deuxième « état des lieux du sexisme en France ». Le Parisien a pu se procurer ce rapport de 146 pages, dont 25 sont consacrées à la télévision. Ainsi, le chapitre dédié à Miss France, qui a déjà été fustigé de nombreuses fois, s’intitule tout simplement « Une caricature archaïque ». Le HCE dénonce l’instrumentalisation des femmes du concours gagné par Clémence Botino cette année, regrettant que l'émission soit ciblée sur « le corps et la prestance des femmes ». Les règles auxquelles doivent répondre les candidates sont épinglées : il y a une limite d'âge (entre 18 et 24 ans), un minimum de taille d’1m70, es filles ne doivent pas avoir été mariées ou pacsées, ne pas avoir non plus d’enfants, et ne pas avoir de tatouages trop voyants...

La « disponibilité sexuelle » en cause

Pour le HCE, il est clair que ces conditions de ne pas être ni avoir été mariée ou pacsée et de ne...