Meurtri par la double explosion de Beyrouth, il a pris la plume. Dans un poignant texte révélé par le JDD ce dimanche 9 août, Mika a fait part de sa tristesse, s'adressant à son pays natal.
Mika "dévasté par l'apocalypse" de Beyrouth, où il est né

Quatre jours après la double explosion de Beyrouth, l'émotion ne faiblit pas. Dans son numéro de ce dimanche 9 août, le JDD révèle un texte déchirant signé de la main de Mika. "Dévasté" et même "hanté par l'apocalypse", le chanteur s'est adressé à la capitale du Liban, qui l'a vu naître le 18 août 1986. Texte partagé avec trois autres médias, à savoir L'Orient le Jour, diffusé dans son pays natal, le Corriere della Serra en Italie et The Sunday Times au Royaume-Uni."Je ne cesse de regarder sidéré les visages martyrs de mes frères et sœurs", écrit-il, "des frissons surgissent quand je vois ce blessé évacué sur la lunette arrière d'une vieille voiture, cette jeune fille en sang dans les bras de son père, ces habitant sonnés qui courent dans les rues jonchées de gravats, de vitres brisées, de meubles pulvérisées."

Énumérant les nombreuses épreuves qu'ont dû surmonter les Libanais - "l'écho des conflits à tes frontières, la corruption, l'impuissance de tes dirigeants, la crise monétaire (...) et puis l'épidémie de coronavirus" - Mika avoue avoir été envahi par l'angoisse. "Comme si tes blessures, mes racines que j'ai quittées à l'âge de 1 an et demi me rattrapaient." Le désastre a balayé ses souvenirs, laissant place à la colère. Michael Holbrook Penniman Jr. de son vrai nom demande désormais des réponses au Premier ministre libanais Hassan Diab, qui "promet que les responsables devront 'rendre des comptes'." "Mais les...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !