Un ancien candidat de l'émission phare de M6 vient d'être condamné pour violence conjugale. Au cours du procès, il a été révélé qu'il pouvait être « violent » et « insultant » après avoir consommé de l'alcool…
© Capture d'écran M6

Le jeudi 16 juin 2016, s’est tenu le procès de Jean-Claude Joly au tribunal correctionnel du Havre. Accusé par sa compagne, Maud, de violence conjugale, l’ancien candidat de L’Amour est dans le pré n’était pourtant pas présent dans la salle, à l’instar de celle qui a porté plainte. Le couple s’est rencontré en 2012, pendant la saison 6.

Les faits remontent au 29 novembre 2015, rapporte Paris Normandie. Ce jour-là, comme le rappelle la présidente du tribunal, l’agriculteur aurait « donné un coup de pied à sa compagne, l’a bousculée ce qui a entraîné sa chute ». A ce moment, Maud tenait dans ses bras la fille, alors agée de 14 mois, qu’elle a eu avec Jean-Claude. La fillette « a chuté involontairement et n’a pas été blessée ». A l’inverse de sa mère, qui a eu une interruption totale de travail de deux jours. L’agriculteur qui vit en Seine-Maritime était aussi poursuivi pour violence sur le fils de sa compagne, âgé de 15 ans, mais n’a pas été condamné pour ce fait.

Lors de l’audience, la présidente a décrit un personnage qui « se montre violent, ou plutôt insultant, régulièrement quand il a bu ». Dans son casier judiciaire, il y a cinq mentions de conduite en état d’ivresse, conduite sans permis ou refus d’obtempérer entre 2009 et 2014. Lors de sa dernière condamnation pour ces faits en 2014, il a écopé de quatre mois de prison avec sursis. Pour les violences envers sa compagne, il est condamné à la peine requise par le parquet, soit soixante jours-amende à 5€.

Malgré sa condamnation, Jean-Claude Joly continue à nier les faits. « Il y a eu une dispute mais je ne l’ai pas tapée. Se disputer et être violent, c’est différent », explique-t-il à Paris Normandie. D’après lui, Maud « a inventé un mensonge » et aurait « regretté avoir déposé plainte […] Elle s’est rendu compte qu’elle avait commis une erreur ». Lui ne « pensait d’ailleurs pas passer devant le tribunal ». Lors de l’audience, la juge a relaté que celui qui comparaissait estimait que sa compagne a déposé plainte « pour se faire de l’argent », un propos qui a tenu à nouveau avec les journalistes du quotidien. Il explique par ailleurs être toujours en couple avec Maud.

A VOIR - Confidences intimes dans L'Amour est dans le pré

Vidéo : Confidences intimes dans L'Amour est dans le pré