Le 3 août 2020, la Maison royale a annoncé le départ officiel de l'ex-roi Juan Carlos d'Espagne. Une prise de distance avec son fils, le roi Felipe VI, vivement encouragée par le gouvernement craignant pour la crédibilité de la couronne.
Juan Carlos en exil : les coulisses de son départ

Soupçonné de corruption financière, l’ex-roi Juan Carlos quitte officiellement l’Espagne. Une décision prise avec “un sentiment profond, mais avec une grande sérénité” en raison "de la répercussion publique" des événements de sa vie privée sur son fils, le roi Felipe VI qui lui a succédé en 2014. “Votre Majesté, cher Felipe, avec le même empressement à servir l'Espagne qui a inspiré mon règne, et compte tenu des répercussions publiques que génèrent certains événements passés de ma vie privée, je souhaite exprimer ma disponibilité la plus absolue pour contribuer à faciliter l'exercice de vos fonctions depuis la tranquillité et la paix qu'exige votre haute responsabilité. Mon héritage, et ma propre dignité en tant que personne, l'exigent de moi”, a-t-il écrit dans une lettre adressée au souverain.

Ainsi, le 3 août 2020, la Maison royale a annoncé le départ du roi émérite via un communiqué. Mais avant de le diffuser, il a fallu le rédiger avec attention. "Chaque mot du texte a été soigneusement mesuré, en particulier sept d'entre eux : ‘Déménager, à cette époque, hors d’Espagne’", rapporte le journal espagnol El Pais. Chaque terme a eu son importance. Juan Carlos se "déplace", mais ne "s’exile pas" ou même "ne s’échappe pas". "Même pas pour voyager, pour sortir, pour partir ou pour abandonner. Se déplacer, c'est changer d'endroit. Mais pour les fonctionnaires et les militaires (et la profession de...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >