Dans L'Express, des membres du gouvernement dévoilent comment les ministres demandent plus de budget. Et estiment que le "spécialiste de la pratique" est le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.
Jean-Michel Blanquer, roi des pleurnicheries ? Ses collègues balancent

Jean-Michel Blanquer semble être doué dans l'art de demander plus de budget. Dans le dernier numéro de L'Express, en kiosques depuis ce jeudi 30 juillet, on apprend que le ministre de l'Education nationale, proche d'Emmanuel et Brigitte Macron qui a vu son budget rehaussé de 1,3 milliard d'euros en 2017, est "le spécialiste de la pratique".

En quoi consiste-t-elle exactement ? "Le petit jeu des ministres, c’est d’écrire au moins un SMS à Emmanuel Macron ou au Premier ministre pour leur dire ‘c’est inadmissible, regarde comment je suis traité’", dévoile un membre du gouvernement. Si Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, estime que "ce n'est pas très agréable d'apprendre qu'untel ou unetelle a voulu vous court-circuiter" et que "ça finit toujours par se voir", il concède que "ça fait partie du jeu".

"Mon rôle ça n'est pas de pleurnicher"

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, de son côté, a déclaré le 13 juillet sur LCI -chaîne qui l'employait avant sa nomination : "Mon mandat, ça n'est pas de réclamer des sous, c'est de bâtir des projets. Mon rôle ça n'est pas de pleurnicher." Avant de continuer : "Ce qui m'importe, c'est le plan de relance. Il ne s'agit pas pour la ministre de la Culture que je suis d'aller pleurer à Bercy pour obtenir un dixième de point supplémentaire."

Interprétés comme une saillie en direction des membres du gouvernement qui réclament plus de budget, ses propos ne l'étaient pas...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !