Mai 2020 aura été terrible pour Nicolas Bedos. Il a perdu son père, Guy Bedos, mais aussi Jean-Loup Dabadie quelques jours plus tôt. Une mort qui l'a « saisi », a-t-il expliqué au Point.
"Je le pensais en pleine forme" : Nicolas Bedos "saisi" par la mort de Jean-Loup Dabadie

« Embrasse Desproges et Dabadie vu que vous êtes tous au paradis. » Le 28 mai dernier au moment d’annoncer sur Instagram la mort de son père, Nicolas Bedos n’avait pas pu s’empêcher de faire référence à Jean-Loup Dabadie, mort quatre jours plus tôt, à l’âge de 81 ans. Un départ qui l’a bouleversé. « J’ai été saisi par la mort de Jean-Loup Dabadie. Nous étions extrêmement proches. Je suis d’ailleurs davantage dans la prolongation du travail de Jean-Loup que dans celle de mon père », confie le fils de Guy Bedos dans Le Point du 30 juillet où il évoque « la chance d’avoir un père malade ». Il révèle que l’humoriste a pu « envoyer des signes en amont, afin que l’on se prépare à sa disparition », ce qui n’a selon lui pas du tout été le cas pour Jean-Loup Dabadie. « Sa mort n’était pas prévue. Je le pensais en pleine forme. Ce départ en duettistes m’a laissé sans voix. Je comptais sur Jean-Loup pour prolonger la présence de papa », reconnaît Nicolas Bedos.

Une mission de réconfort que ne pourra malheureusement pas assurer l’académicien qui avait collaboré avec Guy Bedos, notamment sur le film Un éléphant ça trompe énormément sorti en 1976. Dans l’interview qu’il a accordée au Point, la mort de Jean-Loup Dabadie est encore tellement déchirante que Nicolas Bedos ne cesse de l’évoquer. Un instant tellement douloureux qu’il aurait à un moment quitté la pièce où se déroulait l’entretien «...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !