Visé par plusieurs plaintes concernant sa gestion de la crise sanitaire du coronavirus, Edouard Philippe serait très "affecté", comme l'a fait savoir un ministre à L'Express ce mercredi 20 mai 2020. Touché mais pas coulé, le Premier ministre a confié avoir désormais l'habitude de ces critiques permanentes.
"Il est affecté" : Edouard Philippe meurtri par l'accumulation de plaintes

Edouard Philippe est amer. Le Premier ministre, ainsi que certains de ses collègues ministres, sont visés par des dizaines de plaintes pour la gestion de la crise sanitaire du coronavirus. Plusieurs maires et autres français ont décidé de poursuivre bon nombre de membres du gouvernement, estimant que l'épidémie avait été très mal gérée par les politiques, mettant au passage en danger la vie de la population. Dans L'Express paru mercredi 20 mai 2020, on apprend qu'au 12 mai 2020, le procureur général Français Molins comptait déjà 63 plaintes.

Il y a ceux qui préfèrent ne pas tenir compte de ces actions et il y a ceux qui accusent le coup comme Edouard Philippe. Dans les colonnes du magazine, sous couvert d'anonymat, un ministre affirme que le celui qui pourrait quitter son poste de Premier ministre dans les prochaines semaines "est affecté". Un autre membre du gouvernement a été interrogé et a préféré passer un coup de gueule, laissant entendre que ces plaintes étaient mal venues. "Ces poursuites nous obligent à la prudence et mobilisent nos services, alors qu'on a autre chose à foutre" a-t-il estimé.

"J'ai pris l'habitude"

Heureusement, les plaintes et les mécontentements, l'ancien maire du Havre s'y est habitué, comme il l'a confié ce vendredi 22 mai 2020 depuis l'Hôtel de Matignon alors qu'il annonçait le second tour des municipales pour le 28 juin prochain. "J’ai pris l’habitude, malheureusement, de vivre en ayant le choix entre des...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef