Quel destin ! Bien avant de triompher avec ses ballades nostalgiques et ses mélodies sentimentales, le chanteur Gérard Lenorman a connu une enfance marquée par la solitude. Souvenirs.
Gérard Lenorman intime : “J'ai coupé les ponts définitivement avec ma mère”

Cet auteur-compositeur-interprète a enchanté les années 1970 et 1980. Celui qui voulait alors mettre Mickey à Matignon est de retour avec un nouvel album intitulé Le goût du bonheur… (GL Productions) dans lequel il se livre à l'introspection. Parmi les auteurs présents sur ce disque (Vianney, Bénabar…), Serge Lama lui a offert le texte Maman, aux fortes résonances autobiographiques. Né en 1945 de père inconnu – il a appris à 35 ans qu'il était le fils d'un soldat allemand –, Gérard Lenorman, qui était dernièrement de passage dans Télématin, n'a en effet jamais connu l'amour maternel, ou si peu.

« J'habite avec ma mère rue Damrémont, dans le 18e arrondissement de Paris. Place Pigalle, il y a un orchestre de jazz, des Américains qui sont restés en France après la guerre. Je vais les écouter en cachette et les filles qui travaillent là-bas, très gentilles, m'offrent parfois un verre de lait. Je suis toujours tout seul à la maison jusqu'à l'âge de 9-10 ans. Ma mère travaille ici et là, elle change souvent de boulot. Il n'y a pas de musique chez nous, elle est contre. Elle est contre tout ce qui me concerne, d'ailleurs. Je suis son problème. Dans le fond, je suis un enfant encombrant, si l'on peut dire. Mais je vis avec. On s'y fait, on n'en meurt pas ! Déjà, je chante tout le temps des chansons de Line Renaud, d'Henri Salvador. Mon premier public a été ma grand-mère quand je vais chez elle à Turqueville dans la Manche....

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !