Après avoir tout quitté pour soutenir Emmanuel Macron lors de sa course à l'Élysée, Gérard Collomb s'est très vite senti trahi une fois celui-ci au pouvoir. À peine arrivé à place Beauvau, le ministre de l'Intérieur a connu les joies des manigances politiques.
Gérard Collomb et sa femme harcelés par les paparazzi : un complot ?

Entre Gérard Collomb et Emmanuel Macron, c’est “Je t’aime, moi non plus”. Ministre de l'Intérieur au début du quinquennat de l’actuel président de la République, l’ancien maire de Lyon n’a jamais caché son envie de quitter ses fonctions. En octobre 2018, il obtient enfin gain de cause en annonçant sa démission dans les médias sans prévenir personne. Le chef de l'Etat n’a pas d’autre choix que d’accepter.

Pourtant, celui que Brigitte Macron surnomme affectueusement “Gégé”, n’a pas hésité à laisser le PS pour rejoindre les troupes de LREM lors de la dernière élection présidentielle. À défaut d’être nommé à la tête du parti au pouvoir, il hérite de Beauvau. Celui qui souhaite garder un oeil sur la ville de Lyon, dont il a été le maire pendant 19 ans, accepte presque à contre-coeur. Seul au ministère, Gérard Collomb ne peut même pas compter sur le soutien de son épouse, rapporte Vanity Fair. “Elle a décidé de rester vivre discrètement à Lyon avec leurs deux filles, alors âgées de 10 et 11 ans”, peut-on lire.

Gérard Collomb poursuivi par des paparazzis envoyés par l'Elysée ?

Loin du monde politique, la mère de famille est pourtant la cible des paparazzis dès les premières semaines du mandat de son époux. “LyonMag publie une photo où l’on peut reconnaître son domicile en arrière-plan, et bientôt la presse compte ses week-ends passés à Lyon, évoque sa propension à utiliser les véhicules...