Auteur d'une tribune appelant à la "mobilisation générale" il y a quelques semaines, Francis Lalanne risque gros. Selon Le Point, il a été entendu par la police et une enquête a été ouverte pour provocation publique.
Francis Lalanne entendu par la police : enquête ouverte pour "provocation publique"

Les autorités ont pris ça très au sérieux. Après la publication de sa tribune contre le pouvoir, intitulée "J'appelle" et publiée le 22 janvier, Francis Lalanne est dans le viseur de la justice. D'après les informations du Point, le chanteur engagé aux côtés des Gilets Jaunes a vu le parquet de Paris ouvrir une enquête préliminaire le 27 janvier. On lui reproche "des faits de provocation publique non suivie d'effet, à la commission d'un crime ou d'un délit portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation." Une infraction "extrêmement rare" pour laquelle il risque cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Entendu le 5 février par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), Francis Lalanne n'est pas le seul à avoir été convoqué. Le patron du site de France Soir, où la tribune a été publiée, a lui aussi été entendu. Dans cet appel à "la mobilisation générale", le chanteur demandait "aux plus grands responsables militaires français de procéder, au nom du peuple français, à la mise à pied des auteurs du Coups d'Etats". "Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l'exercice du mandat de l'actuel président de la République", écrivait-il.

Contre la "tyrannie", il appelait à la "désobéissance civique" et critiquait la politique sanitaire du gouvernement contre le Covid-19. "Le confinement de personnes asymptomatiques ou en bonne santé est une aberration scientifique. (...) Le...

Vous aussi participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >