Si Éric Zemmour semble marcher sur les plates-bandes de Marine Le Pen sur le plan des idées, la candidate du RN ne semble pas inquiète plus que cela.
Éric Zemmour, un "effet de mode" ? Marine Le Pen "n’a pas peur" de son rival

Éric Zemmour n'est pas encore candidat à l'élection présidentielle. Mais il fait beaucoup de bruit et sème la pagaille à droite, voire même plutôt à l'extrême droite. Le polémiste, qui ne peut plus s'exprimer sur CNews, est crédité de 10 % d'intentions de vote au premier tour selon un dernier sondage Harris Interactive, relayé par L'Obs. Sur ces 10 %, 4 points proviendraient d'électeurs de Marine Le Pen qui, si Éric Zemmour n'entrait pas dans la danse, voteraient certainement pour elle. Autrement dit, si les idées d'Éric Zemmour dérangent, elles parviennent à séduire une certaine branche des électeurs d'extrême droite. Cette perspective ne semble pas effrayer la candidate du RN pour autant.

"Je n'ai peur de rien, monsieur", a-t-elle clamé haut et fort la dernière fois qu'elle l'a croisé, rapporte L'Obs. "Je ne crois pas à ta théorie. Les Français n'attendent pas un Donald Trump", lui aurait-elle même lancé. Pour elle, si Éric Zemmour parvient à obtenir ses 500 signatures de maires, il n'ira pas bien loin pour autant. "On en a beaucoup connu des 'troisièmes hommes' lors d'une présidentielle. Des effets de mode", a-t-elle souligné auprès de L'Obs. Et les effets de mode, ça passe.

En faisant référence au "troisième homme", Marine Le Pen semble penser à ces anciens candidats, persuadés de pouvoir déjouer les pronostics, et de faire tomber la gauche ou la droite au second tour de l'élection présidentielle. Des hommes politiques comme...